"Je veux remercier les Éthiopiens et les Érythréens", a déclaré M. Abiy à l'aéroport d'Addis Abeba, après son retour d'Oslo, où le prix lui a été remis mardi et où il a été critiqué pour avoir expurgé toutes les conférences de presse de son programme. "Je veux remercier en particulier le président Issaias Afeworki, et j'espère que nous nous rencontrerons bientôt", a ajouté celui qui a été accueilli jeudi en héros par des centaines de personnes rassemblées à l'aéroport, agitant notamment des drapeaux éthiopiens. M. Abiy, 43 ans, s'est vu attribuer le Nobel pour la réconciliation qu'il a menée tambour battant avec l'Érythrée, mettant fin avec le président érythréen Issaias Afeworki à 20 ans d'état de guerre entre ces deux voisins de la Corne de l'Afrique. Mais lors de la cérémonie de remise du prix, la présidente du comité Nobel Berit Reiss-Andersen a souligné que ce travail de rapprochement "semble être au point mort". La dernière rencontre entre MM. Abiy et Issaias date de juillet, à Asmara. Annoncé le 11 octobre, le prix Nobel de la paix récompense également ses tentatives de médiation dans une région tourmentée ainsi que ses réformes visant à démocratiser son pays, longtemps livré à l'autoritarisme. Depuis l'accord de paix de 2018 avec Asmara, plusieurs postes-frontières importants sont de nouveau fermés, et la question épineuse du tracé d'une partie de la frontière reste en suspens. (Belga)

"Je veux remercier les Éthiopiens et les Érythréens", a déclaré M. Abiy à l'aéroport d'Addis Abeba, après son retour d'Oslo, où le prix lui a été remis mardi et où il a été critiqué pour avoir expurgé toutes les conférences de presse de son programme. "Je veux remercier en particulier le président Issaias Afeworki, et j'espère que nous nous rencontrerons bientôt", a ajouté celui qui a été accueilli jeudi en héros par des centaines de personnes rassemblées à l'aéroport, agitant notamment des drapeaux éthiopiens. M. Abiy, 43 ans, s'est vu attribuer le Nobel pour la réconciliation qu'il a menée tambour battant avec l'Érythrée, mettant fin avec le président érythréen Issaias Afeworki à 20 ans d'état de guerre entre ces deux voisins de la Corne de l'Afrique. Mais lors de la cérémonie de remise du prix, la présidente du comité Nobel Berit Reiss-Andersen a souligné que ce travail de rapprochement "semble être au point mort". La dernière rencontre entre MM. Abiy et Issaias date de juillet, à Asmara. Annoncé le 11 octobre, le prix Nobel de la paix récompense également ses tentatives de médiation dans une région tourmentée ainsi que ses réformes visant à démocratiser son pays, longtemps livré à l'autoritarisme. Depuis l'accord de paix de 2018 avec Asmara, plusieurs postes-frontières importants sont de nouveau fermés, et la question épineuse du tracé d'une partie de la frontière reste en suspens. (Belga)