Ce dernier, Jake Sullivan, rencontrera mercredi à Zurich Yang Jiechi, le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie, a annoncé mardi la Maison-Blanche. Il s'agit de poursuivre le dialogue entre les deux superpuissances après l'entretien téléphonique des deux présidents le 9 septembre dernier. Les Etats-Unis "cherchent à gérer de manière responsable la compétition" entre les deux pays, selon la Maison-Blanche. Joe Biden répète régulièrement qu'il ne veut pas de conflit avec la Chine même si les contentieux ne manquent pas, qu'il s'agisse du commerce ou des questions de sécurité. Jake Sullivan s'emploiera ensuite à discuter de cet entretien avec les partenaires européens des Etats-Unis, selon la Maison Blanche, et à "réaffirmer l'importance des alliances transatlantiques" pour les Etats-Unis. Il ira à Bruxelles pour rencontrer de hauts responsables des institutions européennes et de l'Otan, ainsi qu'à Paris pour une réunion avec son homologue français Emmanuel Bonne, selon un communiqué. Washington envoie ainsi un message de bonne volonté, au moment où certains de ses alliés observent avec une certaine préoccupation, voire irritation, la manière dont les Etats-Unis déploient désormais leurs efforts diplomatiques vers l'Asie. La relation entre Washington et Paris en particulier a été mise à mal après l'annonce d'une nouvelle alliance stratégique des Etats-Unis avec l'Australie, qui a fait perdre aux Français un gigantesque contrat de sous-marins. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken se trouve d'ailleurs à Paris mardi. Et la réconciliation franco-américaine doit être scellée par une rencontre entre Joe Biden et le président français Emmanuel Macron à la fin du mois. (Belga)

Ce dernier, Jake Sullivan, rencontrera mercredi à Zurich Yang Jiechi, le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie, a annoncé mardi la Maison-Blanche. Il s'agit de poursuivre le dialogue entre les deux superpuissances après l'entretien téléphonique des deux présidents le 9 septembre dernier. Les Etats-Unis "cherchent à gérer de manière responsable la compétition" entre les deux pays, selon la Maison-Blanche. Joe Biden répète régulièrement qu'il ne veut pas de conflit avec la Chine même si les contentieux ne manquent pas, qu'il s'agisse du commerce ou des questions de sécurité. Jake Sullivan s'emploiera ensuite à discuter de cet entretien avec les partenaires européens des Etats-Unis, selon la Maison Blanche, et à "réaffirmer l'importance des alliances transatlantiques" pour les Etats-Unis. Il ira à Bruxelles pour rencontrer de hauts responsables des institutions européennes et de l'Otan, ainsi qu'à Paris pour une réunion avec son homologue français Emmanuel Bonne, selon un communiqué. Washington envoie ainsi un message de bonne volonté, au moment où certains de ses alliés observent avec une certaine préoccupation, voire irritation, la manière dont les Etats-Unis déploient désormais leurs efforts diplomatiques vers l'Asie. La relation entre Washington et Paris en particulier a été mise à mal après l'annonce d'une nouvelle alliance stratégique des Etats-Unis avec l'Australie, qui a fait perdre aux Français un gigantesque contrat de sous-marins. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken se trouve d'ailleurs à Paris mardi. Et la réconciliation franco-américaine doit être scellée par une rencontre entre Joe Biden et le président français Emmanuel Macron à la fin du mois. (Belga)