Emilie Khiari, issue de la filière djihadiste d'Albertville (Savoie), a été condamnée en son absence le 25 juin par une cour d'assises spéciale à Paris. Un mandat d'arrêt a été émis à son encontre. Selon le Point, la jeune femme de 28 ans a été capturée "il y a une semaine" dans une zone contrôlée par les forces turques, avec une autre femme, Pascale Reymonenq, elle aussi visée par un mandat d'arrêt pour association de malfaiteurs terroriste. "Selon les services de renseignements français, (Emilie Khiari) avait été signalée dès 2016 en zone de combat", écrit le Point. "Elle avait un temps été faite prisonnière par l'armée syrienne libre, qui combat à la fois le régime de Bachar el-Assad et les djihadistes de l'organisation État islamique". (Belga)

Emilie Khiari, issue de la filière djihadiste d'Albertville (Savoie), a été condamnée en son absence le 25 juin par une cour d'assises spéciale à Paris. Un mandat d'arrêt a été émis à son encontre. Selon le Point, la jeune femme de 28 ans a été capturée "il y a une semaine" dans une zone contrôlée par les forces turques, avec une autre femme, Pascale Reymonenq, elle aussi visée par un mandat d'arrêt pour association de malfaiteurs terroriste. "Selon les services de renseignements français, (Emilie Khiari) avait été signalée dès 2016 en zone de combat", écrit le Point. "Elle avait un temps été faite prisonnière par l'armée syrienne libre, qui combat à la fois le régime de Bachar el-Assad et les djihadistes de l'organisation État islamique". (Belga)