Les autorités judiciaires de l'État membre de l'UE avaient précédemment ouvert des enquêtes sur un prêt d'aide d'État à un projet immobilier, selon le procureur général. Quatre personnes ont été placées en garde à vue mardi. Les suspects incluent le secrétaire général du parti, un conseiller du ministre des Finances et un promoteur immobilier qui a souvent fait des dons au parti, lequel est également suspecté en tant qu'entité juridique. Le procureur général, Taavi Pern, a déclaré qu'il n'y avait aucune raison de suggérer, cependant, que Juri Ratas lui-même était au courant de ce qui se passait. L'enquête a été motivée par un prêt de près de 40 millions d'euros accordé par Kredex au cours de l'été pour le développement d'un projet immobilier à Tallinn. La décision très discutée aurait été précédée d'accords non autorisés. Un don important au parti avant les élections d'automne aurait également été lié à la décision de prêt de l'État, selon M. Pern. (Belga)

Les autorités judiciaires de l'État membre de l'UE avaient précédemment ouvert des enquêtes sur un prêt d'aide d'État à un projet immobilier, selon le procureur général. Quatre personnes ont été placées en garde à vue mardi. Les suspects incluent le secrétaire général du parti, un conseiller du ministre des Finances et un promoteur immobilier qui a souvent fait des dons au parti, lequel est également suspecté en tant qu'entité juridique. Le procureur général, Taavi Pern, a déclaré qu'il n'y avait aucune raison de suggérer, cependant, que Juri Ratas lui-même était au courant de ce qui se passait. L'enquête a été motivée par un prêt de près de 40 millions d'euros accordé par Kredex au cours de l'été pour le développement d'un projet immobilier à Tallinn. La décision très discutée aurait été précédée d'accords non autorisés. Un don important au parti avant les élections d'automne aurait également été lié à la décision de prêt de l'État, selon M. Pern. (Belga)