"Après contrôle et vérification (...) il est avéré qu'il y a des anomalies, des preuves de malversation et des détournements", a déclaré à la presse le major Gerry Gbelu, porte-parole de l'Inspection générale des Forces armées congolaises (FARDC). "Ces pratiques ternissent l'image des forces de défense et de sécurité". "Les auteurs de ce détournement (...) sont mis à la disposition de la justice militaire pour approfondir les enquêtes. Ils sont détenus en prison en vue de répondre de leurs actes", a-t-il ajouté. Refusant de donner des détails sur les montants détournés, il s'est limité à égrener les noms des officiers arrêtés lundi, dont les grades vont de capitaine à colonel. Les arrestations ont eu lieu à l'issue d'un audit effectué à Bunia, chef-lieu de la province de l'Ituri et siège de l'État-major de la 32ème région militaire du pays. Les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu sont placées depuis le 6 mai en état de siège, pour lutter contre les groupes armés qui terrorisent les civils. Le président Félix Tshisekedi y a remplacé des autorités civiles par des officiers de l'armée et de la police. L'auteur de cet audit, le général Gabriel Amisi Kumba, a été nommé inspecteur général des FARDC en juillet 2020 malgré des sanctions américaines et européennes (interdiction de visas, gel d'avoirs...) le visant pour des violations des droits de l'homme commises sous le régime de l'ancien président, Joseph Kabila. La province aurifère de l'Ituri a replongé dans un cycle de violences depuis fin 2017 avec l'avènement de la milice Codeco qui prétend défendre les Lendu, une des communautés de l'Ituri. Un précédent conflit entre milices communautaires avait fait des milliers de morts entre 1999 et 2003, jusqu'à l'intervention d'une force européenne, l'opération Artémis, sous commandement français. (Belga)

"Après contrôle et vérification (...) il est avéré qu'il y a des anomalies, des preuves de malversation et des détournements", a déclaré à la presse le major Gerry Gbelu, porte-parole de l'Inspection générale des Forces armées congolaises (FARDC). "Ces pratiques ternissent l'image des forces de défense et de sécurité". "Les auteurs de ce détournement (...) sont mis à la disposition de la justice militaire pour approfondir les enquêtes. Ils sont détenus en prison en vue de répondre de leurs actes", a-t-il ajouté. Refusant de donner des détails sur les montants détournés, il s'est limité à égrener les noms des officiers arrêtés lundi, dont les grades vont de capitaine à colonel. Les arrestations ont eu lieu à l'issue d'un audit effectué à Bunia, chef-lieu de la province de l'Ituri et siège de l'État-major de la 32ème région militaire du pays. Les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu sont placées depuis le 6 mai en état de siège, pour lutter contre les groupes armés qui terrorisent les civils. Le président Félix Tshisekedi y a remplacé des autorités civiles par des officiers de l'armée et de la police. L'auteur de cet audit, le général Gabriel Amisi Kumba, a été nommé inspecteur général des FARDC en juillet 2020 malgré des sanctions américaines et européennes (interdiction de visas, gel d'avoirs...) le visant pour des violations des droits de l'homme commises sous le régime de l'ancien président, Joseph Kabila. La province aurifère de l'Ituri a replongé dans un cycle de violences depuis fin 2017 avec l'avènement de la milice Codeco qui prétend défendre les Lendu, une des communautés de l'Ituri. Un précédent conflit entre milices communautaires avait fait des milliers de morts entre 1999 et 2003, jusqu'à l'intervention d'une force européenne, l'opération Artémis, sous commandement français. (Belga)