Pratiquement inconnu jusqu'à l'an dernier, Vox est entré en force à la chambre des députés lors du scrutin d'avril dernier, faisant ressurgir l'extrême droite dans un pays où elle était insignifiante depuis la mort du dictateur Franco en 1975. Devant près de 12.000 partisans réunis dans un palais des congrès madrilène, le chef de Vox Santiago Abascal s'est lancé dans une diatribe contre le parti socialiste, accusé d'avoir eu une "histoire criminelle" notamment durant la guerre civile (1936-1939), et voué aux gémonies pour vouloir exhumer Franco de son mausolée. "La dépouille de Franco est seulement une excuse (...) L'objectif est de réécrire l'histoire, l'objectif est de délégitimer la monarchie et de renverser le roi Felipe VI", a-t-il affirmé. "L'objectif (du parti socialiste) est de cacher ses actes honteux (...) Et je le dis car le Parti socialiste vous insulte et insulte l'Espagne", a-t-il ajouté, en accusant Perdro Sanchez d'être "seulement intéressé par le pouvoir". M. Abascal a par ailleurs renvoyé dos à dos les conservateurs du Parti populaire et les libéraux de Ciudadanos, qu'il a accusés d'être prêts à "s'allier" avec les socialistes pour mettre fin au blocage politique. Le chef de Ciudadanos, Albert Rivera, a opéré un revirement samedi en évoquant la possibilité de soutenir la reconduction au pouvoir de M. Sanchez après le prochain scrutin. Le dirigeant du PP, Pablo Casado, a lui évoqué l'idée d'une grande coalition incluant les socialistes s'il remportait le scrutin, ce qui semble peu probable selon les derniers sondages. Les derniers sondages créditent Vox, qui a fait face à des défections, d'environ 10% des voix, un score similaire à celui qui lui a permis d'obtenir 24 sièges à la chambre en avril. Quelques heures avant ce meeting, quatre Femen s'étaient enchaînées aux portes du palais des congrès où a eu lieu l'évènement, avec les mots "contre le vote fasciste" peints sur le corps, avant d'être délogées par la police. Souffrant d'instabilité politique chronique depuis la fin du bipartisme en 2015, l'Espagne va organiser le 10 novembre ses quatrièmes élections législatives en quatre ans. (Belga)