"Nous n'allons pas entrer au gouvernement à tout prix", a prévenu le chef de négociateurs de Podemos, Pablo Echenique, dans une interview à la radio. Le parti socialiste dit "nous vous proposons de placer quatre personnes au gouvernement (...) mais sans les attributions qui permettraient d'améliorer les conditions de vie de la population". "Podemos voulait gérer plus de la moitié du budget... Il nous ont demandé littéralement (de leur confier) le gouvernement", c'est une position "absolument irréaliste de leur part", a répliqué la numéro deux du gouvernement sortant, Carmen Calvo, qui négocie pour les socialistes. Pedro Sanchez affronte jeudi après-midi un vote de confiance à la chambre où il a absolument besoin de l'appui de Podemos pour obtenir plus de oui que de non. S'il échoue il aura deux mois pour chercher une autre formule de gouvernement, faute de quoi de nouvelles élections seront convoquées en novembre, les quatrièmes en quatre ans. (Belga)