"La société catalane a besoin d'être protégée contre un projet radical et clivant que l'on tente de lui imposer à la manière forte", a dénoncé Mariano Rajoy lors d'une conférence de presse à Madrid. "Il n'y aura pas de référendum le 1er octobre (...) cela n'est pas constitutionnel et pas légal", a-t-il martelé, alors qu'en début de semaine, le président indépendantiste catalan Carles Puigdemont a assuré qu'il irait de l'avant en dépit des risques de poursuites et de sanctions pour lui et tous ceux qui l'organiseront. M. Puigdemont a ouvertement déclaré qu'il ne se sentait pas tenu par les arrêts de la Cour constitutionnelle qui ont interdit ce scrutin mais uniquement par le souhait du peuple catalan qui l'a porté au pouvoir. "Le gouvernement catalan doit comprendre qu'il ne peut pas annoncer à tout le monde qu'il veut liquider la loi, passer outre le statut d'autonomie (de la région) et la Constitution", a répondu M. Rajoy. (Belga)

"La société catalane a besoin d'être protégée contre un projet radical et clivant que l'on tente de lui imposer à la manière forte", a dénoncé Mariano Rajoy lors d'une conférence de presse à Madrid. "Il n'y aura pas de référendum le 1er octobre (...) cela n'est pas constitutionnel et pas légal", a-t-il martelé, alors qu'en début de semaine, le président indépendantiste catalan Carles Puigdemont a assuré qu'il irait de l'avant en dépit des risques de poursuites et de sanctions pour lui et tous ceux qui l'organiseront. M. Puigdemont a ouvertement déclaré qu'il ne se sentait pas tenu par les arrêts de la Cour constitutionnelle qui ont interdit ce scrutin mais uniquement par le souhait du peuple catalan qui l'a porté au pouvoir. "Le gouvernement catalan doit comprendre qu'il ne peut pas annoncer à tout le monde qu'il veut liquider la loi, passer outre le statut d'autonomie (de la région) et la Constitution", a répondu M. Rajoy. (Belga)