Les avocats des 24 marins ukrainiens demandaient, avant même la décision de ce tribunal qui veille à l'application de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer, que la prolongation de leur détention jusqu'à fin juillet soit déclarée illégale. "Les décisions du tribunal de Lefortovo de Moscou prolongeant les durées de détention des accusés restent inchangées. Les demandes en appel des avocats ne sont pas satisfaites", a indiqué le tribunal municipal de Moscou, cité par l'agence de presse Interfax. Plus tôt lundi, le Kremlin avait rejeté la décision du tribunal de Hambourg, estimant que le tribunal n'était pas compétent et assurant que Moscou allait "constamment défendre son point de vue dans cette histoire". "La Russie doit procéder immédiatement à la libération des 24 militaires ukrainiens détenus et les autoriser à rentrer en Ukraine", a déclaré samedi Jin-Hyun Paik, le président du tribunal de Hambourg. Le tribunal basé dans la ville portuaire allemande de Hambourg avait été saisi par l'Ukraine en avril, mais la procédure a été boycottée par la Russie. En novembre 2018, un incident armé entre des navires ukrainiens et des gardes-côtes russes au large de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, s'était terminé par l'arraisonnement des trois bâtiments. La Russie dénonce une "agression" et affirme qu'ils étaient entrés illégalement dans les eaux russes, alors que l'Ukraine assure avoir prévenu son voisin de l'itinéraire de ses bâtiments et accuse Moscou d'avoir violé le droit international. (Belga)

Les avocats des 24 marins ukrainiens demandaient, avant même la décision de ce tribunal qui veille à l'application de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer, que la prolongation de leur détention jusqu'à fin juillet soit déclarée illégale. "Les décisions du tribunal de Lefortovo de Moscou prolongeant les durées de détention des accusés restent inchangées. Les demandes en appel des avocats ne sont pas satisfaites", a indiqué le tribunal municipal de Moscou, cité par l'agence de presse Interfax. Plus tôt lundi, le Kremlin avait rejeté la décision du tribunal de Hambourg, estimant que le tribunal n'était pas compétent et assurant que Moscou allait "constamment défendre son point de vue dans cette histoire". "La Russie doit procéder immédiatement à la libération des 24 militaires ukrainiens détenus et les autoriser à rentrer en Ukraine", a déclaré samedi Jin-Hyun Paik, le président du tribunal de Hambourg. Le tribunal basé dans la ville portuaire allemande de Hambourg avait été saisi par l'Ukraine en avril, mais la procédure a été boycottée par la Russie. En novembre 2018, un incident armé entre des navires ukrainiens et des gardes-côtes russes au large de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, s'était terminé par l'arraisonnement des trois bâtiments. La Russie dénonce une "agression" et affirme qu'ils étaient entrés illégalement dans les eaux russes, alors que l'Ukraine assure avoir prévenu son voisin de l'itinéraire de ses bâtiments et accuse Moscou d'avoir violé le droit international. (Belga)