"Notre objectif n'était pas vraiment de tuer des soldats ennemis, ce n'était pas important", a déclaré le général de division Hossein Salami lors d'une session à huis clos au Parlement iranien. "Les destructions matérielles (provoquées par les tirs de missile), c'était juste parce que nous voulions dire que nous sommes tellement supérieurs à l'ennemi que nous pouvons frapper n'importe quel point choisi par nous", a ajouté le commandant en chef de l'armée idéologique iranienne. Le 8 janvier, des missiles ont été tirés sur deux bases utilisées par les forces américaines dans l'ouest et le nord de l'Irak, en représailles à l'élimination du général Qassem Soleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens, tué par un raid aérien américain le 3 janvier à Bagdad. Les frappes n'avaient pas fait de victimes. Le général Salami a été appelé à témoigner au Parlement après que les forces armées iraniennes eurent reconnu samedi avoir abattu "par erreur" un avion civil ukrainien mercredi quelques heures seulement après les tirs de missiles iraniens sur les bases en Irak. (Belga)

"Notre objectif n'était pas vraiment de tuer des soldats ennemis, ce n'était pas important", a déclaré le général de division Hossein Salami lors d'une session à huis clos au Parlement iranien. "Les destructions matérielles (provoquées par les tirs de missile), c'était juste parce que nous voulions dire que nous sommes tellement supérieurs à l'ennemi que nous pouvons frapper n'importe quel point choisi par nous", a ajouté le commandant en chef de l'armée idéologique iranienne. Le 8 janvier, des missiles ont été tirés sur deux bases utilisées par les forces américaines dans l'ouest et le nord de l'Irak, en représailles à l'élimination du général Qassem Soleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens, tué par un raid aérien américain le 3 janvier à Bagdad. Les frappes n'avaient pas fait de victimes. Le général Salami a été appelé à témoigner au Parlement après que les forces armées iraniennes eurent reconnu samedi avoir abattu "par erreur" un avion civil ukrainien mercredi quelques heures seulement après les tirs de missiles iraniens sur les bases en Irak. (Belga)