Outre ces cinq morts, "18 personnes sont actuellement soignées pour des blessures, certaines ayant été gravement brûlées", a déclaré le sous-commissaire John Tims. Ce dernier a affirmé être sans aucune nouvelle d'un groupe d'au moins 10 personnes demeuré sur l'île après l'éruption. Les autorités ont dépêché d'importants moyens pour soigner les blessés et localiser les personnes portées disparues. D'après la Première ministre Jacinda Ardern, certains touristes étaient étrangers. Selon la police, une cinquantaine de personnes se trouvaient à proximité du volcan lorsque l'éruption s'est produite à 14h11 heure locale (02h11 en Belgique). Des images retransmises en direct du volcan montrent plus d'une demi-dizaine de personnes marchant au bord du cratère avant l'éruption. L'Agence nationale de gestion des situations d'urgence a qualifié cette éruption de "modérée". Un épais panache blanc, s'élevant dans le ciel au-dessus de la petite île inhabitée située au nord de l'île du Nord, était visible à des kilomètres à la ronde. Plusieurs hélicoptères et avions ont été vus dans la région alors que des survivants ont été acheminés depuis l'île jusqu'à la terre ferme à bord de bateaux d'excursions. White Island se situe à une cinquantaine de kilomètres au large de la touristique baie de Plenty. Les touristes en quête d'aventures aiment s'y rendre équipés de casques de sécurité et de masques à gaz pour s'approcher du volcan. Quatre touristes et un pilote qui s'étaient rendus sur l'île en hélicoptère ont été retrouvés. Ils avaient atterri sur l'île peu avant l'éruption. "Nous ne savons pas ce qui s'est passé par la suite, mais nous savons que tous les cinq sont rentrés à Whakatane sur l'un des bateaux touristiques", a déclaré un porte-parole de la compagnie à l'AFP. White Island, dont 70% sont immergés, est le volcan le plus actif de l'archipel néo-zélandais, selon l'agence gouvernementale GeoNet. Environ 10.000 touristes s'y rendent chaque année. Il a connu de fréquentes éruptions au cours des 50 dernières années, la plus récente remonte à 2016. Cette année-là, un conteneur de 2,4 tonnes avait été transporté par avion sur l'île afin de servir d'abri en cas d'éruption. (Belga)

Outre ces cinq morts, "18 personnes sont actuellement soignées pour des blessures, certaines ayant été gravement brûlées", a déclaré le sous-commissaire John Tims. Ce dernier a affirmé être sans aucune nouvelle d'un groupe d'au moins 10 personnes demeuré sur l'île après l'éruption. Les autorités ont dépêché d'importants moyens pour soigner les blessés et localiser les personnes portées disparues. D'après la Première ministre Jacinda Ardern, certains touristes étaient étrangers. Selon la police, une cinquantaine de personnes se trouvaient à proximité du volcan lorsque l'éruption s'est produite à 14h11 heure locale (02h11 en Belgique). Des images retransmises en direct du volcan montrent plus d'une demi-dizaine de personnes marchant au bord du cratère avant l'éruption. L'Agence nationale de gestion des situations d'urgence a qualifié cette éruption de "modérée". Un épais panache blanc, s'élevant dans le ciel au-dessus de la petite île inhabitée située au nord de l'île du Nord, était visible à des kilomètres à la ronde. Plusieurs hélicoptères et avions ont été vus dans la région alors que des survivants ont été acheminés depuis l'île jusqu'à la terre ferme à bord de bateaux d'excursions. White Island se situe à une cinquantaine de kilomètres au large de la touristique baie de Plenty. Les touristes en quête d'aventures aiment s'y rendre équipés de casques de sécurité et de masques à gaz pour s'approcher du volcan. Quatre touristes et un pilote qui s'étaient rendus sur l'île en hélicoptère ont été retrouvés. Ils avaient atterri sur l'île peu avant l'éruption. "Nous ne savons pas ce qui s'est passé par la suite, mais nous savons que tous les cinq sont rentrés à Whakatane sur l'un des bateaux touristiques", a déclaré un porte-parole de la compagnie à l'AFP. White Island, dont 70% sont immergés, est le volcan le plus actif de l'archipel néo-zélandais, selon l'agence gouvernementale GeoNet. Environ 10.000 touristes s'y rendent chaque année. Il a connu de fréquentes éruptions au cours des 50 dernières années, la plus récente remonte à 2016. Cette année-là, un conteneur de 2,4 tonnes avait été transporté par avion sur l'île afin de servir d'abri en cas d'éruption. (Belga)