Claude Fontaine se retirant, le francophone, titulaire d'un master en sciences (ULiège) et management public (ULB), vient d'être nommé directeur général de la police judiciaire fé...

Claude Fontaine se retirant, le francophone, titulaire d'un master en sciences (ULiège) et management public (ULB), vient d'être nommé directeur général de la police judiciaire fédérale ad interim, affaires courantes oblige. Patron en principe de 5 000 hommes et femmes (il manque entre 20 et 25 % des effectifs), il devra relever le défi d'une organisation qui, pour l'ensemble de la police fédérale, a perdu 200 millions d'euros en cinq ans. Le signe d'un désinvestissement forcené, corollaire d'une préférence toute N-VA pour la police locale. L'étape suivante - une scission de la police fédérale - sera-t-elle franchie sous le prochain gouvernement ? Trop tôt pour le dire, mais les policiers sont dépités et désorientés. Le nouveau patron de la PJ devra consolider le plan antiterrorisme, augmenter la lutte contre la cybercriminalité et réinvestir le terrain de la criminalité organisée.