Les deux chefs d'État ont souligné l'importance de la diplomatie et ont convenu d'intensifier leur coopération. M. Erdogan a assuré à M. Trump qu'il regrettait l'assaut, par une foule en colère, de l'ambassade américaine en Irak et s'est dit heureux que les protestations aient pris fin. En réaction à des bombardements américains d'une milice chiite le week-end dernier, des centaines de manifestants ont déferlé mardi dans la zone verte de Bagdad pour assaillir l'ambassade américaine. La situation s'est désormais calmée. Recep Tayyip Erdogan s'est rendu aux États-Unis en novembre dernier. Il a aussi rencontré Donald Trump à Londres en marge du dernier sommet de l'Otan. Malgré divers points de discorde, les deux hommes entretiennent de bonnes relations personnelles. (Belga)

Les deux chefs d'État ont souligné l'importance de la diplomatie et ont convenu d'intensifier leur coopération. M. Erdogan a assuré à M. Trump qu'il regrettait l'assaut, par une foule en colère, de l'ambassade américaine en Irak et s'est dit heureux que les protestations aient pris fin. En réaction à des bombardements américains d'une milice chiite le week-end dernier, des centaines de manifestants ont déferlé mardi dans la zone verte de Bagdad pour assaillir l'ambassade américaine. La situation s'est désormais calmée. Recep Tayyip Erdogan s'est rendu aux États-Unis en novembre dernier. Il a aussi rencontré Donald Trump à Londres en marge du dernier sommet de l'Otan. Malgré divers points de discorde, les deux hommes entretiennent de bonnes relations personnelles. (Belga)