"Ce sont des déclarations stupides", a tranché jeudi Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants et l'une des grandes personnalités du Congrès, reprenant à son compte les propos du sénateur républicain Chuck Grassley. Mardi, lors d'un discours à l'occasion du dîner annuel des élus républicains du Congrès, le président américain, qui met régulièrement en doute la réalité du changement climatique, s'est longuement attardé sur l'énergie éolienne, multipliant les approximations et les contre-vérités. "Ils disent que le bruit (des éoliennes) provoque le cancer", a notamment lancé le milliardaire républicain, alors qu'aucune étude scientifique n'accrédite cette affirmation. Depuis plusieurs semaines, M. Trump, farouche défenseur du charbon, multiplie les blagues moqueuses sur cette énergie renouvelable lors de ses meetings de campagne. "Chérie, je veux regarder la télévision. Désolée, il n'y a pas de vent...", a-t-il lancé, sous les rires, la semaine dernière dans le Michigan. (Belga)

"Ce sont des déclarations stupides", a tranché jeudi Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants et l'une des grandes personnalités du Congrès, reprenant à son compte les propos du sénateur républicain Chuck Grassley. Mardi, lors d'un discours à l'occasion du dîner annuel des élus républicains du Congrès, le président américain, qui met régulièrement en doute la réalité du changement climatique, s'est longuement attardé sur l'énergie éolienne, multipliant les approximations et les contre-vérités. "Ils disent que le bruit (des éoliennes) provoque le cancer", a notamment lancé le milliardaire républicain, alors qu'aucune étude scientifique n'accrédite cette affirmation. Depuis plusieurs semaines, M. Trump, farouche défenseur du charbon, multiplie les blagues moqueuses sur cette énergie renouvelable lors de ses meetings de campagne. "Chérie, je veux regarder la télévision. Désolée, il n'y a pas de vent...", a-t-il lancé, sous les rires, la semaine dernière dans le Michigan. (Belga)