La conférence était organisée par Zenit Belgique, la branche belge d'une association néo-fasciste italienne, et d'autres organisations fascistes françaises. Deux membres d'Aube dorée devaient figurer parmi les intervenants, mais le lieu du rassemblement n'a pas été rendu public. "Tant Bruxelles que Mons étaient citées" comme lieu pour cette conférence, ajoute Thomas Englert. "Il semble que ça soit finalement la région de Mons qui a été choisie mais les organisateurs ont tenu secret le lieu exact. Pour nous, c'est clairement une victoire. Ces gens comprennent qu'ils doivent se cacher, qu'ils ne sont pas les bienvenus dans notre société. C'est aussi le message que nous voulions faire passer avec notre manifestation: la rue, les lieux publics sont réservés à ceux qui défendent la justice, la solidarité et la démocratie, et pas à ceux qui, comme des parasites, veulent profiter de la misère sociale pour répandre la haine." La manifestation, qui ne faisait pas l'objet d'une autorisation mais était tolérée par la police, a quitté le centre de Bruxelles pour rejoindre Saint-Josse-ten-Noode. Aucun incident n'a été enregistré.

La conférence était organisée par Zenit Belgique, la branche belge d'une association néo-fasciste italienne, et d'autres organisations fascistes françaises. Deux membres d'Aube dorée devaient figurer parmi les intervenants, mais le lieu du rassemblement n'a pas été rendu public. "Tant Bruxelles que Mons étaient citées" comme lieu pour cette conférence, ajoute Thomas Englert. "Il semble que ça soit finalement la région de Mons qui a été choisie mais les organisateurs ont tenu secret le lieu exact. Pour nous, c'est clairement une victoire. Ces gens comprennent qu'ils doivent se cacher, qu'ils ne sont pas les bienvenus dans notre société. C'est aussi le message que nous voulions faire passer avec notre manifestation: la rue, les lieux publics sont réservés à ceux qui défendent la justice, la solidarité et la démocratie, et pas à ceux qui, comme des parasites, veulent profiter de la misère sociale pour répandre la haine." La manifestation, qui ne faisait pas l'objet d'une autorisation mais était tolérée par la police, a quitté le centre de Bruxelles pour rejoindre Saint-Josse-ten-Noode. Aucun incident n'a été enregistré.