Ce consultant politique haut en couleur de 67 ans connaitra sa peine le 20 février. Il a été reconnu coupable d'avoir menti au Congrès sur ses contacts avec l'organisation WikiLeaks au sujet d'e-mails démocrates piratés lors de la présidentielle de 2016. Dans des recommandations de peine transmises à un juge fédéral lundi, les procureurs ont requis entre 87 et 108 mois de prison. "Roger Stone a entravé l'enquête du Congrès sur l'interférence russe de 2016, a menti sous serment et a subordonné des témoins. Et quand ses crimes ont été révélés par ces inculpations dans cette affaire, il a affiché du mépris pour ce tribunal et la règle de droit. Pour ça, il doit être puni", ont-ils écrit. Ce fidèle du président américain est parmi les six membres de l'entourage, plus ou moins proche, de Donald Trump à avoir été inculpé ou condamné dans le sillage de l'enquête russe conduite par le procureur spécial Robert Mueller, qui a empoisonné la première moitié du mandat du milliardaire républicain. Au printemps 2019, Robert Mueller a rendu un rapport de près de 450 pages exonérant M. Trump des soupçons de collusion avec Moscou. Mais il s'était dit incapable de l'exonérer des soupçons d'entrave à la justice. (Belga)

Ce consultant politique haut en couleur de 67 ans connaitra sa peine le 20 février. Il a été reconnu coupable d'avoir menti au Congrès sur ses contacts avec l'organisation WikiLeaks au sujet d'e-mails démocrates piratés lors de la présidentielle de 2016. Dans des recommandations de peine transmises à un juge fédéral lundi, les procureurs ont requis entre 87 et 108 mois de prison. "Roger Stone a entravé l'enquête du Congrès sur l'interférence russe de 2016, a menti sous serment et a subordonné des témoins. Et quand ses crimes ont été révélés par ces inculpations dans cette affaire, il a affiché du mépris pour ce tribunal et la règle de droit. Pour ça, il doit être puni", ont-ils écrit. Ce fidèle du président américain est parmi les six membres de l'entourage, plus ou moins proche, de Donald Trump à avoir été inculpé ou condamné dans le sillage de l'enquête russe conduite par le procureur spécial Robert Mueller, qui a empoisonné la première moitié du mandat du milliardaire républicain. Au printemps 2019, Robert Mueller a rendu un rapport de près de 450 pages exonérant M. Trump des soupçons de collusion avec Moscou. Mais il s'était dit incapable de l'exonérer des soupçons d'entrave à la justice. (Belga)