Des candidats qui se concentrent, des juges équipés de leurs instruments de mesure et beaucoup de spectateurs... Tout était prêt samedi dès 17h00 sur la petite place Edouard Pinoy à Auderghem pour la sixième édition du lancer de sapin. L'événement est une manière ludique de clore les fêtes de fin d'année au moment où les sapins de Noël sont ramassés, dans une ambiance conviviale, plutôt familiale et chaleureuse. Equipe ou individuelle, chacun choisit sa catégorie, avec la particularité que cette année la compétition devient officielle, désormais dénommée "Championnat de Belgique de lancer de sapin". "On a déjà plus de deux cents enfants qui participent et une trentaine d'équipes étaient préinscrites. Pour les individuels, il faut attendre de voir ce que ça va donner, probablement trois ou quatre cents participants je pense", a expliqué à Belga sur place Samuel Serck, l'un des organisateurs. "Chaque lanceur a sa technique de prédilection. Il y a la technique du lancer du javelot, la technique du lancer du poids... La seule interdite est celle du lancer "en hélicoptère" pour des raisons de sécurité", a-t-il poursuivi. "C'est un moment sportif à part entière. C'est très sérieux, on mesure de façon officielle, il y a un classement, il y a des prix... C'est un événement sportif sérieux mais à caractère ludique je dirais, qui se fait dans la bonne ambiance", a décrit l'organisateur. (Belga)

Des candidats qui se concentrent, des juges équipés de leurs instruments de mesure et beaucoup de spectateurs... Tout était prêt samedi dès 17h00 sur la petite place Edouard Pinoy à Auderghem pour la sixième édition du lancer de sapin. L'événement est une manière ludique de clore les fêtes de fin d'année au moment où les sapins de Noël sont ramassés, dans une ambiance conviviale, plutôt familiale et chaleureuse. Equipe ou individuelle, chacun choisit sa catégorie, avec la particularité que cette année la compétition devient officielle, désormais dénommée "Championnat de Belgique de lancer de sapin". "On a déjà plus de deux cents enfants qui participent et une trentaine d'équipes étaient préinscrites. Pour les individuels, il faut attendre de voir ce que ça va donner, probablement trois ou quatre cents participants je pense", a expliqué à Belga sur place Samuel Serck, l'un des organisateurs. "Chaque lanceur a sa technique de prédilection. Il y a la technique du lancer du javelot, la technique du lancer du poids... La seule interdite est celle du lancer "en hélicoptère" pour des raisons de sécurité", a-t-il poursuivi. "C'est un moment sportif à part entière. C'est très sérieux, on mesure de façon officielle, il y a un classement, il y a des prix... C'est un événement sportif sérieux mais à caractère ludique je dirais, qui se fait dans la bonne ambiance", a décrit l'organisateur. (Belga)