C'est la réunion de la dernière chance ce 29 novembre. En effet, dans une mise en demeure du 30 septembre, l'Europe laissait deux mois à la Belgique pour faire part de ses observations dans le cadre du plan européen Energie-climat qui vise 20 % de production énergétique à partir de sources renouvelables en 2020. Sous peine d'une astreinte ou d'une amende forfaitaire.

D'après nos informations et celles relayées par Jean-Marc Nollet, ministre wallon du Développement durable, début novembre au parlement wallon, un accord informel avait été trouvé fin septembre entre le fédéral et les Régions. Il confirmait l'engagement belge de produire 13 % de son énergie à partir de sources renouvelables à l'horizon 2020. La pomme de discorde se loge en fait dans la formulation des "mécanismes de coopération" qui permettraient d'acheter de l'énergie renouvelable à l'étranger si la Belgique était incapable d'atteindre cet objectif.

OLIVIER FABES

C'est la réunion de la dernière chance ce 29 novembre. En effet, dans une mise en demeure du 30 septembre, l'Europe laissait deux mois à la Belgique pour faire part de ses observations dans le cadre du plan européen Energie-climat qui vise 20 % de production énergétique à partir de sources renouvelables en 2020. Sous peine d'une astreinte ou d'une amende forfaitaire. D'après nos informations et celles relayées par Jean-Marc Nollet, ministre wallon du Développement durable, début novembre au parlement wallon, un accord informel avait été trouvé fin septembre entre le fédéral et les Régions. Il confirmait l'engagement belge de produire 13 % de son énergie à partir de sources renouvelables à l'horizon 2020. La pomme de discorde se loge en fait dans la formulation des "mécanismes de coopération" qui permettraient d'acheter de l'énergie renouvelable à l'étranger si la Belgique était incapable d'atteindre cet objectif. OLIVIER FABES