Le plan, approuvé en comité ministériel restreint début juillet, vise à garantir l'approvisionnement à un prix acceptable. "Il est évident qu'il faut acheter l'électricité là où elle est la moins chère. Si c'est à l'étranger, il faut l'acheter à l'étranger. Mais que faire lorsque le prix à l'étranger augmente ? Il faut pouvoir retomber sur sa propre production", souligne Melchior Wathelet dans un communiqué.

Le plan du gouvernement prévoit notamment un mécanisme permettant de garder ouvertes - obligatoirement - des centrales qui allaient fermer. C'est le cas notamment de certaines centrales au gaz, dont le propriétaire Electrabel a annoncé la fermeture, une décision dans laquelle certains ont vu une forme de chantage visant à prolonger les réacteurs nucléaires.

Le plan prévoit aussi de renforcer le soutien au gaz et d'améliorer le climat d'investissement en Belgique, souligne encore Melchior Wathelet. "Il faut donc une mise en oeuvre rapide de la politique d'énergie décidée par le gouvernement", conclut-il.

Les problèmes constatés au réacteur de Doel 3 et, potentiellement, à Tihange 2 ont fait craindre ces derniers jours des tensions sur le marché énergétique belge. Dans les rangs de l'opposition, la N-VA a appelé lundi à la mise en place d'un plan d'urgence.

Le Vif.be, avec Belga

Le plan, approuvé en comité ministériel restreint début juillet, vise à garantir l'approvisionnement à un prix acceptable. "Il est évident qu'il faut acheter l'électricité là où elle est la moins chère. Si c'est à l'étranger, il faut l'acheter à l'étranger. Mais que faire lorsque le prix à l'étranger augmente ? Il faut pouvoir retomber sur sa propre production", souligne Melchior Wathelet dans un communiqué. Le plan du gouvernement prévoit notamment un mécanisme permettant de garder ouvertes - obligatoirement - des centrales qui allaient fermer. C'est le cas notamment de certaines centrales au gaz, dont le propriétaire Electrabel a annoncé la fermeture, une décision dans laquelle certains ont vu une forme de chantage visant à prolonger les réacteurs nucléaires. Le plan prévoit aussi de renforcer le soutien au gaz et d'améliorer le climat d'investissement en Belgique, souligne encore Melchior Wathelet. "Il faut donc une mise en oeuvre rapide de la politique d'énergie décidée par le gouvernement", conclut-il. Les problèmes constatés au réacteur de Doel 3 et, potentiellement, à Tihange 2 ont fait craindre ces derniers jours des tensions sur le marché énergétique belge. Dans les rangs de l'opposition, la N-VA a appelé lundi à la mise en place d'un plan d'urgence. Le Vif.be, avec Belga