"Dans le cadre de la sécurité d'approvisionnement, une initiative législative sera prise incluant deux éléments, d'une part la prolongation des unités nucléaires de Doel 1 et 2 respectivement jusqu'au 31 mars 2015 et au 31 mars 2016 et, d'autre part, la non exploitation de ces réacteurs au-delà de 2025", annonce l'accord. Le gouvernement prévoit également une décision d'ici la fin de l'année 2014 sur une "prolongation décennale" de ces deux réacteurs, tout en tenant compte de la mise à l'arrêt possible de Doel 3 et Tihange 2 .

Par ailleurs, le gouvernement "évaluera l'opportunité d'intégrer des capacités étrangères dans le réseau belge". En matière d'énergie renouvelable, la suédoise "révisera les mécanismes de soutien" publics. Elle souhaite enfin développer la recherche et développement, notamment dans les capacités de stockage d'électricité et dans l'énergie off-shore.

Avec les Régions, la Suédoise prévoit la conclusion d'un "pacte énergétique interfédéral" pour la fin de l'année 2015. Celui-ci doit "développer une vision énergétique sur une période de 20 à 25 ans au moins."

La question du coût de l'énergie est également abordée: "le gouvernement oeuvrera à une concurrence effective afin d'exercer une pression vers le bas sur les prix", précise l'accord.

En matière d'environnement, le gouvernement se fixe un seul objectif, à savoir "la réduction des émissions de gaz à effet de serre". "Les objectifs en matière d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique doivent être considérés comme des moyens", peut-on lire dans l'accord.