"C'est effectivement une tendance générale qui se dégage de nos contacts auprès des écoles", confirme Dominique Luperto, secrétaire général ad interim du Conseil de l'enseignement des communes et des provinces (CECP), l'organe qui chapeaute tous les pouvoirs organisateurs des écoles communales et provinciales de Wallonie et de Bruxelles.

Dans l'enseignement libre catholique, qui scolarise un enfant sur deux en Belgique francophone, la même tendance baissière a été constatée mardi.

Dans les écoles fondamentales (maternel et primaire) catholiques, le taux de présence, qui était de 2,16% lundi, est ainsi tombé à 1% à peine, selon Etienne Michel, le directeur général du Secrétariat général de l'enseignement catholique (SeGEC).

Dans le secondaire catholique, ce chiffre tend à présent vers zéro. Il n'était déjà que de 0,1% lundi.

"C'est effectivement une tendance générale qui se dégage de nos contacts auprès des écoles", confirme Dominique Luperto, secrétaire général ad interim du Conseil de l'enseignement des communes et des provinces (CECP), l'organe qui chapeaute tous les pouvoirs organisateurs des écoles communales et provinciales de Wallonie et de Bruxelles. Dans l'enseignement libre catholique, qui scolarise un enfant sur deux en Belgique francophone, la même tendance baissière a été constatée mardi. Dans les écoles fondamentales (maternel et primaire) catholiques, le taux de présence, qui était de 2,16% lundi, est ainsi tombé à 1% à peine, selon Etienne Michel, le directeur général du Secrétariat général de l'enseignement catholique (SeGEC). Dans le secondaire catholique, ce chiffre tend à présent vers zéro. Il n'était déjà que de 0,1% lundi.