"En tant que ministre de l'Egalité des chances, je désapprouve vivement les propos extrêmement sexistes et méprisables de Jeff Hoeyberghs. Je suis également choquée en tant que femme et me sens donc personnellement attaquée. Le fait que le poison de la misogynie soit répandu dans une université est un problème", a déclaré la ministre en réponse aux questions de Sophie Rohonyi (DéFI), Florence Reuter (MR) et Greet Daems (PTB).

Les trois députées ont aussi exprimé leur indignation.

"Les violences faites aux femmes sont l'aboutissement d'une longue chaîne qui commence avec les sexisme", a fait remarquer Mme Rohonyi.

L'IEFH a annoncé mercredi qu'il se constituerait partie civile. Le grand nombre de signalements reçu "montre que de telles idées n'ont plus leur place dans notre société", a souligné Mme Muylle.

Parmi ces nombreux signalements, figurent ceux des députés PS Laurence Zanchetta et Patrick Prévot qui ont affiché jeudi leur formulaire de plainte rempli sur Twitter.

"En tant que ministre de l'Egalité des chances, je désapprouve vivement les propos extrêmement sexistes et méprisables de Jeff Hoeyberghs. Je suis également choquée en tant que femme et me sens donc personnellement attaquée. Le fait que le poison de la misogynie soit répandu dans une université est un problème", a déclaré la ministre en réponse aux questions de Sophie Rohonyi (DéFI), Florence Reuter (MR) et Greet Daems (PTB).Les trois députées ont aussi exprimé leur indignation."Les violences faites aux femmes sont l'aboutissement d'une longue chaîne qui commence avec les sexisme", a fait remarquer Mme Rohonyi.L'IEFH a annoncé mercredi qu'il se constituerait partie civile. Le grand nombre de signalements reçu "montre que de telles idées n'ont plus leur place dans notre société", a souligné Mme Muylle.Parmi ces nombreux signalements, figurent ceux des députés PS Laurence Zanchetta et Patrick Prévot qui ont affiché jeudi leur formulaire de plainte rempli sur Twitter.