L'épidémie "prendra fin lorsque 70 à 75% de la population de notre pays, ainsi que du monde, seront vaccinés, auront des anticorps protecteurs", a déclaré Alexandre Guintsbourg dans une interview au journal pro-Kremlin Rossïiskaïa Gazeta. "La vaccination devrait être obligatoire", a-t-il ajouté, soutenant que le Spoutnik V devait être ajouté au calendrier national d'immunisations. Depuis le début de l'automne, la Russie ne cesse battre ses records de contaminations et décès quotidiens dus au Covid-19. Une flambée facilitée par le faible taux de vaccination de la population, sur fond de défiance à l'égard des autorités. Même si le pays dispose de plusieurs vaccins de sa propre conception, seuls 39% des 144 millions de Russes sont complètement immunisés, selon les chiffres officiels. Le site spécialisé Gogov recense, pour sa part, 34% de Russes entièrement vaccinés. Se disant opposé à une immunisation obligatoire, Vladimir Poutine a néanmoins soutenu ce type de mesures dans certaines régions et pour certaines catégories de citoyens. En juin, la ville de Moscou a ainsi décrété la vaccination impérative dans le secteur des services. Lundi, les autorités sanitaires de Saint-Pétersbourg ont également étoffé la liste des personnes soumises à l'obligation vaccinale, y ajoutant les personnes de plus de 60 ans et celles atteintes de maladies chroniques, mais aussi les employés des transports. La vaccination obligatoire "ne contredit pas la Constitution", a pour sa part déclaré mercredi Andreï Klichas, président de la commission constitutionnelle du Conseil de la Fédération, semblant ouvrir la voie à cette mesure. Au total, la Russie a officiellement recensé à ce jour 8.834.495 cas de coronavirus et 248.004 décès, ce qui en fait le pays le plus meurtri d'Europe. Selon l'agence des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large des décès liés au virus, le bilan total de la pandémie en Russie s'établissait cependant à près de 450.000 morts fin septembre. (Belga)

L'épidémie "prendra fin lorsque 70 à 75% de la population de notre pays, ainsi que du monde, seront vaccinés, auront des anticorps protecteurs", a déclaré Alexandre Guintsbourg dans une interview au journal pro-Kremlin Rossïiskaïa Gazeta. "La vaccination devrait être obligatoire", a-t-il ajouté, soutenant que le Spoutnik V devait être ajouté au calendrier national d'immunisations. Depuis le début de l'automne, la Russie ne cesse battre ses records de contaminations et décès quotidiens dus au Covid-19. Une flambée facilitée par le faible taux de vaccination de la population, sur fond de défiance à l'égard des autorités. Même si le pays dispose de plusieurs vaccins de sa propre conception, seuls 39% des 144 millions de Russes sont complètement immunisés, selon les chiffres officiels. Le site spécialisé Gogov recense, pour sa part, 34% de Russes entièrement vaccinés. Se disant opposé à une immunisation obligatoire, Vladimir Poutine a néanmoins soutenu ce type de mesures dans certaines régions et pour certaines catégories de citoyens. En juin, la ville de Moscou a ainsi décrété la vaccination impérative dans le secteur des services. Lundi, les autorités sanitaires de Saint-Pétersbourg ont également étoffé la liste des personnes soumises à l'obligation vaccinale, y ajoutant les personnes de plus de 60 ans et celles atteintes de maladies chroniques, mais aussi les employés des transports. La vaccination obligatoire "ne contredit pas la Constitution", a pour sa part déclaré mercredi Andreï Klichas, président de la commission constitutionnelle du Conseil de la Fédération, semblant ouvrir la voie à cette mesure. Au total, la Russie a officiellement recensé à ce jour 8.834.495 cas de coronavirus et 248.004 décès, ce qui en fait le pays le plus meurtri d'Europe. Selon l'agence des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large des décès liés au virus, le bilan total de la pandémie en Russie s'établissait cependant à près de 450.000 morts fin septembre. (Belga)