Espèce menacée à ne pas confondre avec son cousin américain, le bison d'Europe est le plus grand mammifère terrestre du continent. Il en reste à peine plus de 5.000 à l'état sauvage. En 2014 et en 2015, une trentaine ont été réintroduits au sud-ouest de la Roumanie, dans les monts Tarcu, une zone d'où ils avaient disparu il y a deux siècles. Les animaux proviennent de divers zoo d'Europe, dont la Réserve d'animaux sauvages de Han-sur-Lesse en Wallonie. Alors qu'ils doivent encore s'habituer à leur nouvel environnement, ces bisons sont mis à rude épreuve l'hiver. Pour ne pas compromettre la survie de l'ensemble des individus, "la partie la plus faible du troupeau a été mise à l'écart par le reste du groupe et est devenue très vulnérable aux prédateurs", explique le WWF. Les bisons plus faibles ont été attaqués par une quinzaine de chiens errants. Quatre en sont morts directement et deux autres sont décédés des conséquences de l'attaque. Les chiens errants prolifèrent en Roumanie, et certains s'adaptent à la vie sauvage au point de devenir les premiers prédateurs dans la zone de réintroduction des bisons, selon le WWF. Ils se nourrissent de cerfs, chevreuils, sangliers, lapins, etc. Si leur impact à long terme sur la faune et la flore doit encore être étudié, ils sont vecteurs de maladies et leur régime alimentaire les met en compétition avec les loups. Or, leur taux de reproduction est nettement plus élevé que ces derniers, relève le WWF. L'ONG demande des mesures urgentes pour lutter contre les chiens errants, notamment des campagnes de sensibilisation et de stérilisation. (Belga)

Espèce menacée à ne pas confondre avec son cousin américain, le bison d'Europe est le plus grand mammifère terrestre du continent. Il en reste à peine plus de 5.000 à l'état sauvage. En 2014 et en 2015, une trentaine ont été réintroduits au sud-ouest de la Roumanie, dans les monts Tarcu, une zone d'où ils avaient disparu il y a deux siècles. Les animaux proviennent de divers zoo d'Europe, dont la Réserve d'animaux sauvages de Han-sur-Lesse en Wallonie. Alors qu'ils doivent encore s'habituer à leur nouvel environnement, ces bisons sont mis à rude épreuve l'hiver. Pour ne pas compromettre la survie de l'ensemble des individus, "la partie la plus faible du troupeau a été mise à l'écart par le reste du groupe et est devenue très vulnérable aux prédateurs", explique le WWF. Les bisons plus faibles ont été attaqués par une quinzaine de chiens errants. Quatre en sont morts directement et deux autres sont décédés des conséquences de l'attaque. Les chiens errants prolifèrent en Roumanie, et certains s'adaptent à la vie sauvage au point de devenir les premiers prédateurs dans la zone de réintroduction des bisons, selon le WWF. Ils se nourrissent de cerfs, chevreuils, sangliers, lapins, etc. Si leur impact à long terme sur la faune et la flore doit encore être étudié, ils sont vecteurs de maladies et leur régime alimentaire les met en compétition avec les loups. Or, leur taux de reproduction est nettement plus élevé que ces derniers, relève le WWF. L'ONG demande des mesures urgentes pour lutter contre les chiens errants, notamment des campagnes de sensibilisation et de stérilisation. (Belga)