Les humanistes s'opposeront au texte qui sera sans surprise soutenu par la majorité. "On voit le mur et on va droit dedans", a répété François Desquesnes, en pointant notamment "un déficit qui ne cesse de se creuser pour atteindre aujourd'hui près de 3,5 milliards d'euros". "Grâce à un tour de passe-passe, le ministre wallon du Budget, Houdini-Crucke, ramène ce déficit à 385 millions d'euros. Mais la Cour des Comptes ne s'y trompe pas. Malgré l'artifice du triple budget - qui sépare le budget ordinaire des dépenses covid et de l'enveloppe consacrée à la relance, ndlr -, la réalité c'est que le déficit n'a jamais été aussi important et qu'un jour ou l'autre, la banque dira stop. Et à ce moment-là, le réveil sera très douloureux", a poursuivi le chef de groupe humaniste. "On est face à un gouvernement qui flambe et à une indigestion de dépenses. Tout le monde s'est servi dans cette course aux projets, sans se demander si ces dépenses sont bien utiles ou intelligentes", a-t-il ajouté en regrettant enfin le "manque de transparence" d'un budget où "tout est mis en réserves et en provisions". "À l'heure actuelle, l'argent n'est pas cher. Que se passera-t-il le jour où il le redeviendra? En s'enfonçant toujours plus loin dans la négation de la réalité, le gouvernement wallon finira par faire sauter la banque", a enfin mis en garde François Desquesnes. (Belga)

Les humanistes s'opposeront au texte qui sera sans surprise soutenu par la majorité. "On voit le mur et on va droit dedans", a répété François Desquesnes, en pointant notamment "un déficit qui ne cesse de se creuser pour atteindre aujourd'hui près de 3,5 milliards d'euros". "Grâce à un tour de passe-passe, le ministre wallon du Budget, Houdini-Crucke, ramène ce déficit à 385 millions d'euros. Mais la Cour des Comptes ne s'y trompe pas. Malgré l'artifice du triple budget - qui sépare le budget ordinaire des dépenses covid et de l'enveloppe consacrée à la relance, ndlr -, la réalité c'est que le déficit n'a jamais été aussi important et qu'un jour ou l'autre, la banque dira stop. Et à ce moment-là, le réveil sera très douloureux", a poursuivi le chef de groupe humaniste. "On est face à un gouvernement qui flambe et à une indigestion de dépenses. Tout le monde s'est servi dans cette course aux projets, sans se demander si ces dépenses sont bien utiles ou intelligentes", a-t-il ajouté en regrettant enfin le "manque de transparence" d'un budget où "tout est mis en réserves et en provisions". "À l'heure actuelle, l'argent n'est pas cher. Que se passera-t-il le jour où il le redeviendra? En s'enfonçant toujours plus loin dans la négation de la réalité, le gouvernement wallon finira par faire sauter la banque", a enfin mis en garde François Desquesnes. (Belga)