M. Destexhe a annoncé dans les colonnes de La Libre et La Dernière Heure qu'il lançait un nouveau parti baptisé provisoirement "Liste Destexhe" en vue des élections générales du 26 mai prochain. Une sorte de "N-VA francophone", a-t-il précisé. "Nous avons appris la nouvelle via la presse ce matin", a indiqué Christophe Cordier, avant de préciser: "les statuts du MR sont clairs, le fait de se présenter sur une liste concurrente, signifie l'auto-exclusion". Selon le porte-parole des libéraux francophones, les discussions échangées ces dernières semaines entre Didier Reynders (vice-Premier ministre et président de la fédération bruxelloise du MR), Olivier Chastel (président du parti jusqu'il y a une dizaine de jours) et Alain Destexhe n'ont porté que sur la place que pourrait occuper le député-sénateur, et non sur le programme. "La place qu'on lui proposait ne lui convenait-elle pas? ", s'est interrogé M. Cordier. Au delà de cet incident, le parti libéral dit poursuivre son travail programmatif qui est participatif. "Tous les membres et non-membres peuvent apporter des amendements au programme, lequel sera soumis au vote des militants lors d'un congrès organisé fin mars". (Belga)

M. Destexhe a annoncé dans les colonnes de La Libre et La Dernière Heure qu'il lançait un nouveau parti baptisé provisoirement "Liste Destexhe" en vue des élections générales du 26 mai prochain. Une sorte de "N-VA francophone", a-t-il précisé. "Nous avons appris la nouvelle via la presse ce matin", a indiqué Christophe Cordier, avant de préciser: "les statuts du MR sont clairs, le fait de se présenter sur une liste concurrente, signifie l'auto-exclusion". Selon le porte-parole des libéraux francophones, les discussions échangées ces dernières semaines entre Didier Reynders (vice-Premier ministre et président de la fédération bruxelloise du MR), Olivier Chastel (président du parti jusqu'il y a une dizaine de jours) et Alain Destexhe n'ont porté que sur la place que pourrait occuper le député-sénateur, et non sur le programme. "La place qu'on lui proposait ne lui convenait-elle pas? ", s'est interrogé M. Cordier. Au delà de cet incident, le parti libéral dit poursuivre son travail programmatif qui est participatif. "Tous les membres et non-membres peuvent apporter des amendements au programme, lequel sera soumis au vote des militants lors d'un congrès organisé fin mars". (Belga)