Après celui de 2020, septembre 2021 serait donc le deuxième mois le plus chaud. Ensuite, suivent ceux de 2019 et 2016. "Ce classement n'a qu'une signification limitée, car la différence entre les quatre années les plus chaudes en termes de température moyenne mondiale est inférieure à 0,08 degrés Celsius", a toutefois précisé Copernicus dans un communiqué de presse. Parmi les régions où les températures ont été nettement supérieures à la moyenne, on retrouve l'Amérique du Sud, le nord-ouest de l'Afrique, et le sud et l'est de la Chine. En ce qui concerne la glace de mer, le mois de septembre a vu son étendue dans l'Arctique baisser de 8% par rapport à la moyenne. Cette valeur devient donc la 12e la plus basse jamais enregistrée depuis 43 ans. (Belga)

Après celui de 2020, septembre 2021 serait donc le deuxième mois le plus chaud. Ensuite, suivent ceux de 2019 et 2016. "Ce classement n'a qu'une signification limitée, car la différence entre les quatre années les plus chaudes en termes de température moyenne mondiale est inférieure à 0,08 degrés Celsius", a toutefois précisé Copernicus dans un communiqué de presse. Parmi les régions où les températures ont été nettement supérieures à la moyenne, on retrouve l'Amérique du Sud, le nord-ouest de l'Afrique, et le sud et l'est de la Chine. En ce qui concerne la glace de mer, le mois de septembre a vu son étendue dans l'Arctique baisser de 8% par rapport à la moyenne. Cette valeur devient donc la 12e la plus basse jamais enregistrée depuis 43 ans. (Belga)