Selon l'OIM, 1.283 personnes ont laissé leur vie dans une telle traversée en 2019, soit mille de moins qu'en 2018 lorsqu'elles étaient 2.299 à avoir péri alors qu'elles tentaient de rejoindre l'Europe par la mer. Depuis 2014, ce ne sont pas moins de 19.164 migrants qui sont décédés dans leur périple vers le Vieux Continent. La route méditerranéenne centrale (RMC), qui relie l'Afrique du Nord à l'Italie, reste la plus meurtrière. D'après des chercheurs du projet de l'OIM Missing Migrants, une personne sur 33 est décédée en 2019 en utilisant cette voie de passage vers l'Union européenne. Bien que le nombre de naufrages enregistrés fasse état d'une diminution (de 2.299 en 2018 à 2.183 en 2019), ces données n'incluent pas un nombre croissant de naufrages, lesquels doivent encore être confirmés, indique l'OIM. L'OIM a commencé à comptabiliser les décès sur les différentes routes migratoires à travers le monde en 2014. Au total, 34.532 personnes sont décédées, dont 3.368 rien qu'en 2019. (Belga)

Selon l'OIM, 1.283 personnes ont laissé leur vie dans une telle traversée en 2019, soit mille de moins qu'en 2018 lorsqu'elles étaient 2.299 à avoir péri alors qu'elles tentaient de rejoindre l'Europe par la mer. Depuis 2014, ce ne sont pas moins de 19.164 migrants qui sont décédés dans leur périple vers le Vieux Continent. La route méditerranéenne centrale (RMC), qui relie l'Afrique du Nord à l'Italie, reste la plus meurtrière. D'après des chercheurs du projet de l'OIM Missing Migrants, une personne sur 33 est décédée en 2019 en utilisant cette voie de passage vers l'Union européenne. Bien que le nombre de naufrages enregistrés fasse état d'une diminution (de 2.299 en 2018 à 2.183 en 2019), ces données n'incluent pas un nombre croissant de naufrages, lesquels doivent encore être confirmés, indique l'OIM. L'OIM a commencé à comptabiliser les décès sur les différentes routes migratoires à travers le monde en 2014. Au total, 34.532 personnes sont décédées, dont 3.368 rien qu'en 2019. (Belga)