Il faut remonter à 2003 pour retrouver un nombre aussi bas de journalistes tués. La proportion de morts dans des pays qui ne sont pas en guerre est, par contre, désormais plus grande que dans ceux qui le sont, relève l'ONG. C'est au Mexique et en Syrie que le plus de journalistes ont perdu la vie. Ils sont 10 dans chacun des deux pays à y avoir trouvé la mort. L'Amérique latine continue également d'être une zone instable et dangereuse, avec 14 journalistes tués, selon RSF. L'organisation de défense des journalistes a en outre dénombré 389 journalistes qui ont été détenus au cours de l'année. Un nombre en augmentation de 12% par rapport à l'an dernier. C'est en Chine que cette situation a été la plus fréquente (120 journalistes). Suivent l'Egypte (34) et l'Arabie saoudite (32). Enfin, RSF a comptabilisé 57 journalistes pris en otage, principalement en Syrie (30) et au Yemen (15). Parmi ces journalistes, 24 ont été les otages de l'Etat islamique. (Belga)

Il faut remonter à 2003 pour retrouver un nombre aussi bas de journalistes tués. La proportion de morts dans des pays qui ne sont pas en guerre est, par contre, désormais plus grande que dans ceux qui le sont, relève l'ONG. C'est au Mexique et en Syrie que le plus de journalistes ont perdu la vie. Ils sont 10 dans chacun des deux pays à y avoir trouvé la mort. L'Amérique latine continue également d'être une zone instable et dangereuse, avec 14 journalistes tués, selon RSF. L'organisation de défense des journalistes a en outre dénombré 389 journalistes qui ont été détenus au cours de l'année. Un nombre en augmentation de 12% par rapport à l'an dernier. C'est en Chine que cette situation a été la plus fréquente (120 journalistes). Suivent l'Egypte (34) et l'Arabie saoudite (32). Enfin, RSF a comptabilisé 57 journalistes pris en otage, principalement en Syrie (30) et au Yemen (15). Parmi ces journalistes, 24 ont été les otages de l'Etat islamique. (Belga)