En détails, ce sont 25 millions de poulets, 936.000 porcs, 74.000 bovins, 64.000 dindes, 11.000 moutons, 4.000 unités d'autres types de volailles, 3.000 canards, 1.500 chèvres et 500 chevaux qui ont été tués mensuellement l'an dernier. Le total de bovins abattus sur l'ensemble de l'année, 890.000, représente une baisse de 3% par rapport à 2017, mettant ainsi un terme à la tendance à la hausse des quatre dernières années, précise Statbel.

Les 11,2 millions de porcs annuels enregistrent quant à eux une hausse de 3%, après trois années consécutives de baisse, contre une légère augmentation de 1% pour les 305 millions de poulets.

Avec une part de 59% en termes de poids, le secteur porcin est le plus gros contributeur d'animaux abattus, avec 1,07 milliard de kilos. Le secteur des volailles en représente 25% (462 millions de kilos de poulets) tandis que le secteur bovin affiche 15% du poids total (277 millions de kilos).

En détails, ce sont 25 millions de poulets, 936.000 porcs, 74.000 bovins, 64.000 dindes, 11.000 moutons, 4.000 unités d'autres types de volailles, 3.000 canards, 1.500 chèvres et 500 chevaux qui ont été tués mensuellement l'an dernier. Le total de bovins abattus sur l'ensemble de l'année, 890.000, représente une baisse de 3% par rapport à 2017, mettant ainsi un terme à la tendance à la hausse des quatre dernières années, précise Statbel. Les 11,2 millions de porcs annuels enregistrent quant à eux une hausse de 3%, après trois années consécutives de baisse, contre une légère augmentation de 1% pour les 305 millions de poulets. Avec une part de 59% en termes de poids, le secteur porcin est le plus gros contributeur d'animaux abattus, avec 1,07 milliard de kilos. Le secteur des volailles en représente 25% (462 millions de kilos de poulets) tandis que le secteur bovin affiche 15% du poids total (277 millions de kilos).