L'élection pour la présidence de la formation libérale flamande aura lieu en mars prochain, à une date encore à préciser tout comme la procédure. Les candidatures ne peuvent donc être déposées formellement.

Toutefois, outre Mme Ampe, mercredi, le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein, avait annoncé à la mi-décembre qu'il était candidat à la succession de la présidente actuelle du parti. Francesco Vanderjeugd, également originaire de Flandre occidentale, s'est également déclaré candidat, mais il s'est ravisé après l'annonce de la candidature du bourgmestre d'Ostende qu'il a décidé de soutenir.

De son côté, Els Ampe a indiqué, mercredi, que son projet politique le plus important en tant qu'échevine de la Ville de Bruxelles fut "la zone piétonne révolutionnaire du centre de la capitale". Ce projet dont le coup d'envoi politique fut donné en réalité l'ex-bourgmestre socialiste Yvan Mayeur a été porté par l'échevine, essentiellement dans son volet mobilité, sous la forme d'un plan fort décrié par diverses associations et les adversaires politiques de la majorité socialiste libérale de l'époque. Les projets de parkings proches du centre qu'il prévoyait initialement n'ont pas vu le jour.

Mme Ampe affiche par ailleurs quinze années d'expérience de députée active au parlement bruxellois.

A l'issue du scrutin de mai dernier, elle a été élue au parlement flamand en tant que députée de Bruxelles, créditée de la neuvième place avec 3.851 voix de préférence, au départ d'une circonscription de taille plutôt modeste par rapport aux cinq autres.

Au sein de l'assemblée flamande, Mme Ampe préside la commission en charge des matières qui concernent Bruxelles, la "périphérie flamande" de Bruxelles et le Bien-être animal.

Née à Ostende, Els Ampe est ingénieure civile de formation et mère de quatre enfants.

Elle entend faire en sorte qu'après Gwendolyn Rutten, ce soit à nouveau une femme qui préside l'Open Vld. La croissance sera le thème central de sa campagne interne: "sur le plan économique, pour l'individu, et le parti".

L'élection pour la présidence de la formation libérale flamande aura lieu en mars prochain, à une date encore à préciser tout comme la procédure. Les candidatures ne peuvent donc être déposées formellement. Toutefois, outre Mme Ampe, mercredi, le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein, avait annoncé à la mi-décembre qu'il était candidat à la succession de la présidente actuelle du parti. Francesco Vanderjeugd, également originaire de Flandre occidentale, s'est également déclaré candidat, mais il s'est ravisé après l'annonce de la candidature du bourgmestre d'Ostende qu'il a décidé de soutenir. De son côté, Els Ampe a indiqué, mercredi, que son projet politique le plus important en tant qu'échevine de la Ville de Bruxelles fut "la zone piétonne révolutionnaire du centre de la capitale". Ce projet dont le coup d'envoi politique fut donné en réalité l'ex-bourgmestre socialiste Yvan Mayeur a été porté par l'échevine, essentiellement dans son volet mobilité, sous la forme d'un plan fort décrié par diverses associations et les adversaires politiques de la majorité socialiste libérale de l'époque. Les projets de parkings proches du centre qu'il prévoyait initialement n'ont pas vu le jour. Mme Ampe affiche par ailleurs quinze années d'expérience de députée active au parlement bruxellois. A l'issue du scrutin de mai dernier, elle a été élue au parlement flamand en tant que députée de Bruxelles, créditée de la neuvième place avec 3.851 voix de préférence, au départ d'une circonscription de taille plutôt modeste par rapport aux cinq autres. Au sein de l'assemblée flamande, Mme Ampe préside la commission en charge des matières qui concernent Bruxelles, la "périphérie flamande" de Bruxelles et le Bien-être animal. Née à Ostende, Els Ampe est ingénieure civile de formation et mère de quatre enfants. Elle entend faire en sorte qu'après Gwendolyn Rutten, ce soit à nouveau une femme qui préside l'Open Vld. La croissance sera le thème central de sa campagne interne: "sur le plan économique, pour l'individu, et le parti".