La députée N-VA, originaire de Genk (Limbourg), a été désignée jeudi soir par son parti pour succéder à Elke Sleurs, devenue cheffe de file des nationalistes flamands au conseil communal de Gand, en vue de tirer la liste pour les élections de 2018. Mme Sleurs reprend ainsi le poste communal du président de la Chambre Siegfried Bracke, empêtré dans une controverse sur ses activités professionnelles privées. Zuhal Demir continuera notamment à agir sur la thématique de l'Egalité des chances en travaillant sur la responsabilisation, un travail permettant de sortir les gens de la pauvreté. "Chacun met ses propres accents, je suis médecin et Zuhal est spécialisée dans le droit du travail", a commenté Mme Sleurs. "Sans emploi, on a aujourd'hui une chance sur deux de se retrouver dans une situation de pauvreté, c'est une réalité", a-t-elle ajouté. En matière de politique scientifique, Mme Demir aura aussi du pain sur la planche, a estimé la secrétaire d'Etat sortante. "Nous avons entamé une réforme structurelle qui se heurte à une résistance. Changer un système rouillé en une nouvelle organisation dynamique n'est pas une chose facile." (Belga)

La députée N-VA, originaire de Genk (Limbourg), a été désignée jeudi soir par son parti pour succéder à Elke Sleurs, devenue cheffe de file des nationalistes flamands au conseil communal de Gand, en vue de tirer la liste pour les élections de 2018. Mme Sleurs reprend ainsi le poste communal du président de la Chambre Siegfried Bracke, empêtré dans une controverse sur ses activités professionnelles privées. Zuhal Demir continuera notamment à agir sur la thématique de l'Egalité des chances en travaillant sur la responsabilisation, un travail permettant de sortir les gens de la pauvreté. "Chacun met ses propres accents, je suis médecin et Zuhal est spécialisée dans le droit du travail", a commenté Mme Sleurs. "Sans emploi, on a aujourd'hui une chance sur deux de se retrouver dans une situation de pauvreté, c'est une réalité", a-t-elle ajouté. En matière de politique scientifique, Mme Demir aura aussi du pain sur la planche, a estimé la secrétaire d'Etat sortante. "Nous avons entamé une réforme structurelle qui se heurte à une résistance. Changer un système rouillé en une nouvelle organisation dynamique n'est pas une chose facile." (Belga)