"Nous n'allons encore rien former cetter nuit", a déclaré le Premier ministre Mark Rutte dans une émission télévisée mercredi soir, sur la chaîne publique. Attablé avec d'autres têtes de liste, à l'exception de Geert Wilders, il a affirmé être "très content" que sa formation libérale soit la première dans les projections des résultats électoraux. Toutefois, il recommande d'attendre les résultats finaux avant de pouvoir s'exprimer sur les possibilités de former un nouveau cabinet. Lodewijk Asscher, du parti social-démocrate PvdA, qui partage actuellement le pouvoir avec Mark Rutte mais qui s'avère être le grand perdant des élections, a reconnu qu'il ne jouerait aucun rôle dans la formation du nouveau gouvernement. "Il me semble très logique qu'il ne faille pas compter sur moi", a-t-il déclaré lors du débat avec les têtes de liste. Geert Wilders s'est par contre positionné en vue des longues négociations qui vont commencer dès ce jeudi pour la formation d'une coalition. Il a affirmé à la presse néerlandaise que "si cela est possible", il aimerait "co-gouverner, mais si cela ne marche pas... nous supporterons le gouvernement où cela est nécessaire, sur les questions qui nous sont chères". (Belga)

"Nous n'allons encore rien former cetter nuit", a déclaré le Premier ministre Mark Rutte dans une émission télévisée mercredi soir, sur la chaîne publique. Attablé avec d'autres têtes de liste, à l'exception de Geert Wilders, il a affirmé être "très content" que sa formation libérale soit la première dans les projections des résultats électoraux. Toutefois, il recommande d'attendre les résultats finaux avant de pouvoir s'exprimer sur les possibilités de former un nouveau cabinet. Lodewijk Asscher, du parti social-démocrate PvdA, qui partage actuellement le pouvoir avec Mark Rutte mais qui s'avère être le grand perdant des élections, a reconnu qu'il ne jouerait aucun rôle dans la formation du nouveau gouvernement. "Il me semble très logique qu'il ne faille pas compter sur moi", a-t-il déclaré lors du débat avec les têtes de liste. Geert Wilders s'est par contre positionné en vue des longues négociations qui vont commencer dès ce jeudi pour la formation d'une coalition. Il a affirmé à la presse néerlandaise que "si cela est possible", il aimerait "co-gouverner, mais si cela ne marche pas... nous supporterons le gouvernement où cela est nécessaire, sur les questions qui nous sont chères". (Belga)