Jeudi matin, le lendemain du scrutin néerlandais, le député anti-islam Geert Wilders, répète sur le réseau social Twitter que sa formation est seconde, après avoir gagné cinq nouveaux sièges (progression de 15 à 20 selon les résultats partiels à 93,2%). "Nous étions le troisième plus grand parti des Pays-Bas. Nous sommes désormais le second plus grand parti. La prochaine fois, nous serons le premier", promet le populiste, connu pour sa chevelure peroxydée. Toutefois, sa faible progression ne lui a pas permis d'atteindre les 30 sièges qu'il ambitionnait. Les observateurs estiment que c'est une défaite pour le populisme aux Pays-Bas, alors que le VVD du Premier ministre libéral Mark Rutte reste le premier parti aux Pays-Bas. Les libéraux devraient occuper 33 sièges sur la chambre basse du parlement néerlandais, un recul toutefois de huit sièges pour la formation au pouvoir. (Belga)

Jeudi matin, le lendemain du scrutin néerlandais, le député anti-islam Geert Wilders, répète sur le réseau social Twitter que sa formation est seconde, après avoir gagné cinq nouveaux sièges (progression de 15 à 20 selon les résultats partiels à 93,2%). "Nous étions le troisième plus grand parti des Pays-Bas. Nous sommes désormais le second plus grand parti. La prochaine fois, nous serons le premier", promet le populiste, connu pour sa chevelure peroxydée. Toutefois, sa faible progression ne lui a pas permis d'atteindre les 30 sièges qu'il ambitionnait. Les observateurs estiment que c'est une défaite pour le populisme aux Pays-Bas, alors que le VVD du Premier ministre libéral Mark Rutte reste le premier parti aux Pays-Bas. Les libéraux devraient occuper 33 sièges sur la chambre basse du parlement néerlandais, un recul toutefois de huit sièges pour la formation au pouvoir. (Belga)