L'ancien président du Parlement européen a par ailleurs qualifié le score de l'extrême droite de "déprimant". "Il est clair que la décision d'accueillir des migrants a divisé notre société. Ce qui constitue un grand acte d'humanité pour certains, est considéré comme une menace par d'autres. Nous n'avons pas réussi à convaincre les gens que l'Allemagne est assez forte pour ne laisser personne de côté." M. Schulz estime que la principale mission de son parti est de maintenir la cohésion sociale de l'Allemagne. La lutte pour la démocratie, la tolérance et le respect doit être poursuivie, a-t-il ajouté. "Nous sommes le bastion de la démocratie dans ce pays." Le SPD gouvernait en coalition avec la CDU/CSU de Mme Merkel depuis 2013. Dimanche, Martin Schulz a indiqué que son parti ne formerait pas une nouvelle majorité avec la chancelière sortante. (Belga)

L'ancien président du Parlement européen a par ailleurs qualifié le score de l'extrême droite de "déprimant". "Il est clair que la décision d'accueillir des migrants a divisé notre société. Ce qui constitue un grand acte d'humanité pour certains, est considéré comme une menace par d'autres. Nous n'avons pas réussi à convaincre les gens que l'Allemagne est assez forte pour ne laisser personne de côté." M. Schulz estime que la principale mission de son parti est de maintenir la cohésion sociale de l'Allemagne. La lutte pour la démocratie, la tolérance et le respect doit être poursuivie, a-t-il ajouté. "Nous sommes le bastion de la démocratie dans ce pays." Le SPD gouvernait en coalition avec la CDU/CSU de Mme Merkel depuis 2013. Dimanche, Martin Schulz a indiqué que son parti ne formerait pas une nouvelle majorité avec la chancelière sortante. (Belga)