"Si les résultats se confirment, je suis déçu que l'AfD ait remporté tant de voix", a indiqué l'ambassadeur. "Mais il faut garder à l'esprit que la large majorité des électeurs n'a pas voté pour eux. Pour moi, il s'agit surtout d'un vote protestataire." Avec 13,5%, l'AfD entrerait au parlement fédéral et serait le troisième parti du pays, devant les libéraux du FDP (10,5%), les écologistes de Grüne (9,5%) et le parti de gauche radicale Die Linke (9%). "L'AfD va devoir faire ses preuves au parlement et montrer qu'elle peut travailler de manière constructive", a ajouté l'ambassadeur. Les électeurs ont sévèrement sanctionné les deux partis du précédent gouvernement. La CDU de la chancelière Angela Merkel reste le premier parti du pays, mais n'a obtenu que 32,5% des voix (pourtant estimé autour des 36% dans les sondages) tandis que les sociaux-démocrates (SPD) ne récoltent que 20%. "Le défi de la cohésion dans la société devra être abordé sérieusement par la nouvelle majorité", selon Rüdiger Lüdeking. Le nouveau rapport de force au Bundestag ayant été établi, les partis vont désormais entrer dans une phase de négociation pour constituer une nouvelle coalition. Le SPD a déjà annoncé peu après 18h sa décision de retourner dans l'opposition. Les conservateurs de Merkel ont donc la main. Ils pourraient s'allier aux libéraux, qui reviennent au Bundestag après avoir été éjectés en 2013, et aux Verts. (Belga)

"Si les résultats se confirment, je suis déçu que l'AfD ait remporté tant de voix", a indiqué l'ambassadeur. "Mais il faut garder à l'esprit que la large majorité des électeurs n'a pas voté pour eux. Pour moi, il s'agit surtout d'un vote protestataire." Avec 13,5%, l'AfD entrerait au parlement fédéral et serait le troisième parti du pays, devant les libéraux du FDP (10,5%), les écologistes de Grüne (9,5%) et le parti de gauche radicale Die Linke (9%). "L'AfD va devoir faire ses preuves au parlement et montrer qu'elle peut travailler de manière constructive", a ajouté l'ambassadeur. Les électeurs ont sévèrement sanctionné les deux partis du précédent gouvernement. La CDU de la chancelière Angela Merkel reste le premier parti du pays, mais n'a obtenu que 32,5% des voix (pourtant estimé autour des 36% dans les sondages) tandis que les sociaux-démocrates (SPD) ne récoltent que 20%. "Le défi de la cohésion dans la société devra être abordé sérieusement par la nouvelle majorité", selon Rüdiger Lüdeking. Le nouveau rapport de force au Bundestag ayant été établi, les partis vont désormais entrer dans une phase de négociation pour constituer une nouvelle coalition. Le SPD a déjà annoncé peu après 18h sa décision de retourner dans l'opposition. Les conservateurs de Merkel ont donc la main. Ils pourraient s'allier aux libéraux, qui reviennent au Bundestag après avoir été éjectés en 2013, et aux Verts. (Belga)