"Je ne suis pas surprise du résultat de l'AfD. Le gouvernement n'a pas assez tenu compte des problèmes des gens", estime Daniela Kuhn-Niemeyer, une juriste venue assister à la soirée électorale organisée par l'ambassade allemande à Bruxelles. "Mais je suis contente que les libéraux soient de retour." Le FDP avait vécu un sévère revers électoral en 2013 et avait été éjecté du Bundestag. Avec 10,5% des voix selon les derniers pronostics de la chaîne publique ARD, ils pourraient faire partie d'une nouvelle coalition avec les conservateurs d'Angela Merkel (CDU), premier parti avec quelque 32,9% des voix, et les Verts (8,9%). "Les deux grands partis ont perdu", note Jonas Risse, un jeune expatrié du secteur de l'énergie. "Je suis effrayée par les résultats de l'AfD", embraie Oda, son épouse. "Mais les quatre années à venir promettent d'être plus palpitantes que les quatre dernières en termes de débat politique", poursuit-elle. L'opposition devrait en effet se voir renforcée si le SPD (20%) renonce à reconduire la "grande coalition" sortante, avec la CDU de Merkel, comme il l'a annoncé en début de soirée. Le parlement devrait compter sept partis, contre cinq précédemment. "Si le SPD se retrouve dans l'opposition, ils pourront contrer l'AfD." "Une cure dans l'opposition permettrait aux sociaux-démocrates de se recentrer sur leurs fondamentaux et de se présenter comme une vraie alternative aux prochaines élections. Cela a marché pour le FDP", juge un autre eurocrate. Le score des libéraux a été applaudi par le public à l'ambassade. "Tout le monde pensait que la grande coalition serait reconduite, mais les négociations (en vue de la formation d'une coalition) s'annoncent plus excitantes que prévu", commente Kristina, également active au parlement européen. Quelque 200 personnes s'étaient rassemblées dimanche soir à l'ambassade allemande à Bruxelles pour "célébrer le fonctionnement de la démocratie", des mots de l'ambassadeur Rüdiger Lüdeking. Ce dernier avait prévu un concert de Boogie, musique américaine, et du crémant d'Alsace pour accompagner les traditionnelles saucisses grillées typiquement allemandes, comme il l'a relevé lors de son speech devant l'assemblée. (Belga)

"Je ne suis pas surprise du résultat de l'AfD. Le gouvernement n'a pas assez tenu compte des problèmes des gens", estime Daniela Kuhn-Niemeyer, une juriste venue assister à la soirée électorale organisée par l'ambassade allemande à Bruxelles. "Mais je suis contente que les libéraux soient de retour." Le FDP avait vécu un sévère revers électoral en 2013 et avait été éjecté du Bundestag. Avec 10,5% des voix selon les derniers pronostics de la chaîne publique ARD, ils pourraient faire partie d'une nouvelle coalition avec les conservateurs d'Angela Merkel (CDU), premier parti avec quelque 32,9% des voix, et les Verts (8,9%). "Les deux grands partis ont perdu", note Jonas Risse, un jeune expatrié du secteur de l'énergie. "Je suis effrayée par les résultats de l'AfD", embraie Oda, son épouse. "Mais les quatre années à venir promettent d'être plus palpitantes que les quatre dernières en termes de débat politique", poursuit-elle. L'opposition devrait en effet se voir renforcée si le SPD (20%) renonce à reconduire la "grande coalition" sortante, avec la CDU de Merkel, comme il l'a annoncé en début de soirée. Le parlement devrait compter sept partis, contre cinq précédemment. "Si le SPD se retrouve dans l'opposition, ils pourront contrer l'AfD." "Une cure dans l'opposition permettrait aux sociaux-démocrates de se recentrer sur leurs fondamentaux et de se présenter comme une vraie alternative aux prochaines élections. Cela a marché pour le FDP", juge un autre eurocrate. Le score des libéraux a été applaudi par le public à l'ambassade. "Tout le monde pensait que la grande coalition serait reconduite, mais les négociations (en vue de la formation d'une coalition) s'annoncent plus excitantes que prévu", commente Kristina, également active au parlement européen. Quelque 200 personnes s'étaient rassemblées dimanche soir à l'ambassade allemande à Bruxelles pour "célébrer le fonctionnement de la démocratie", des mots de l'ambassadeur Rüdiger Lüdeking. Ce dernier avait prévu un concert de Boogie, musique américaine, et du crémant d'Alsace pour accompagner les traditionnelles saucisses grillées typiquement allemandes, comme il l'a relevé lors de son speech devant l'assemblée. (Belga)