Les cinq partis d'opposition devraient décrocher 104 des 169 sièges que compte le Storting, le Parlement monocaméral norvégien, suffisamment pour déloger la coalition de droite de la conservatrice Erna Solberg, montrent ces projections réalisées à partir des votes anticipés. Avec 88 sièges pour le moment, les travaillistes de M. Støre, probable prochain Premier ministre, seraient même en passe de décrocher une majorité absolue avec leurs alliés de prédilection, le parti du Centre et la Gauche socialiste, sans avoir besoin des deux autres forces d'opposition, les écologistes de MDG et les communistes de Rødt. Cela devrait faciliter les négociations en vue de former un gouvernement de coalition, lesquelles promettent tout de même d'être longues et délicates. MDG, en particulier, avait conditionné son soutien à l'arrêt immédiat de l'exploration pétrolière dans le pays, plus gros exportateur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, un ultimatum rejeté par M. Støre. Millionnaire de 61 ans qui a fait campagne contre les inégalités sociales, le probable chef du prochain gouvernement préconise --comme ses adversaires conservateurs-- une sortie douce et progressive de l'économie pétrolière. Victime d'une usure du pouvoir après huit années aux commandes, un record pour les conservateurs, et de multiples crises (migrants, chute du cours du baril, Covid-19...), Mme Solberg, 60 ans, devrait s'exprimer plus tard dans la soirée. (Belga)

Les cinq partis d'opposition devraient décrocher 104 des 169 sièges que compte le Storting, le Parlement monocaméral norvégien, suffisamment pour déloger la coalition de droite de la conservatrice Erna Solberg, montrent ces projections réalisées à partir des votes anticipés. Avec 88 sièges pour le moment, les travaillistes de M. Støre, probable prochain Premier ministre, seraient même en passe de décrocher une majorité absolue avec leurs alliés de prédilection, le parti du Centre et la Gauche socialiste, sans avoir besoin des deux autres forces d'opposition, les écologistes de MDG et les communistes de Rødt. Cela devrait faciliter les négociations en vue de former un gouvernement de coalition, lesquelles promettent tout de même d'être longues et délicates. MDG, en particulier, avait conditionné son soutien à l'arrêt immédiat de l'exploration pétrolière dans le pays, plus gros exportateur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, un ultimatum rejeté par M. Støre. Millionnaire de 61 ans qui a fait campagne contre les inégalités sociales, le probable chef du prochain gouvernement préconise --comme ses adversaires conservateurs-- une sortie douce et progressive de l'économie pétrolière. Victime d'une usure du pouvoir après huit années aux commandes, un record pour les conservateurs, et de multiples crises (migrants, chute du cours du baril, Covid-19...), Mme Solberg, 60 ans, devrait s'exprimer plus tard dans la soirée. (Belga)