S'il est approuvé, le texte annulerait le scrutin du 20 octobre, à l'issue duquel Evo Morales s'était proclamé réélu, et permettrait la mise en place d'un nouveau Tribunal suprême électoral, a indiqué Mme Añez lors d'une conférence de presse. (Belga)