La commission électorale avait soudainement interrompu la diffusion en direct des résultats des élections alors qu'il apparaissait que le président Evo Morales, âgé de 59 ans, avait recueilli 45,28% des suffrages contre 38,2% pour le candidat de l'opposition Carlos Menas, un centriste ayant déjà dirigé la Bolivie de 2003 à 2005. Un jour plus tard, à la reprise de la diffusion des résultats, Evo Morales avait tout à coup creusé l'écart entre lui et son rival avec respectivement 47,08% contre 36,51% selon les résultats définitifs, soit 10 points de plus que M. Mesa. L'avance de plus de dix points de M. Morales sur son rival le plus immédiat lui permet d'être automatiquement réélu dès le premier tour. Mais l'opposition a dénoncé une "fraude", et la vague de contestation qui a éclaté dès le lendemain du scrutin a fait au moins trois morts et plus d'une centaine de blessés. Selon la commission électorale, une enquête de la société Ethical Hacking n'a révélé "aucune falsification des données". Le patron de la société avait toutefois précédemment déclaré que des "vulnérabilités" avaient été relevées dans le décompte. (Belga)