Le chancelier conservateur Sebastian Kurz avait annoncé le 18 mai l'organisation de ce scrutin, après la diffusion d'une vidéo compromettante pour le parti d'extrême droite FPÖ avec qui il gouvernait depuis fin 2017. La majorité des bureaux de vote ont ouvert à 07h00. Les estimations seront connues peu après la clôture du scrutin à 17h00. Crédité de 33 à 35% des intentions de vote dans les sondages, le parti populaire autrichien (ÖVP) de l'ex-chancelier Kurz apparaît comme le grand favori des législatives, devançant de loin les sociaux-démocrates du SPÖ (22%) et le parti de la liberté d'Autriche FPÖ (20%). Selon les projections, M. Kurz aurait la possibilité arithmétique de former une coalition avec l'une ou l'autre de ces formations, mais aussi avec les parti libéral Neos ou avec les Verts, qui devraient obtenir plus des 4% nécessaires pour entrer au parlement. La coalition droite extrême droite a volé en éclat après la diffusion le 17 mai d'une vidéo piège tournée en 2017 sur l'île d'Ibiza, aux Baléares, montrant le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache, proposer des marchés publics à une fausse oligarque russe en échange de fonds occultes. M. Strache a dans la foulée démissionné de son poste de vice-chancelier ainsi que de ses fonctions à la tête du parti. Misant sur une réduction des impôts et une politique anti-immigration, son partenaire de coalition Sebastian Kurz est, lui, ressorti indemne de l'Ibizagate. De son côté, le SPÖ s'est révélé incapable de capitaliser sur ce scandale. Avec 22% des votes, le parti social-démocrate réaliserait son score le plus faible à une élection nationale. L'Autriche est depuis dirigée par un gouvernement intérimaire sous la houlette de la magistrate Brigitte Bierlein. (Belga)