Les jeunes MR sont plus largement représentés, devant ceux du CDH, des mouvements socialistes et de Défi. Il n'y a pas de représentant d'Ecolo cette année. Il y a par contre des élus issus des organisations de jeunesse en médecine. Le nombre de voix obtenu par chacun des candidats n'a pas été précisé. Il y a une parité totale des élus, ce qui n'était pas le cas des élections précédentes où il manquait de candidates féminines. La diversité des élus est extrêmement marquée, selon Michaux Alexandra, porte-parole du Conseil de la jeunesse : "Nous voulons représenter la jeunesse, la jeunesse qui vient de tous les horizons, de tous les milieux culturels. On a énormément de jeunes de religions différentes, de cultures différentes et je pense que ce sera la très grande force de ce Conseil de la jeunesse. Avec tout ce qui se passe, notamment les émeutes, notre but est de faire en sorte que la jeunesse soit davantage entendue, d'éviter les stigmatisations et les discriminations, mais aussi de faire en sorte que les jeunes préfèrent s'exprimer plutôt que d'en venir à des actes comme les émeutes". Au total, 1.943 votants et 5.067 votes ont été exprimés entre le 6 et le 27 novembre. Les électeurs avaient la possibilité de voter pour une à 4 personnes. Les élections se sont principalement déroulées en ligne, mais 30 bureaux de votes avaient été déployés sur tout le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, principalement dans des lieux centraux des grandes villes comme Mons, Charleroi, Liège et Namur. Pour voter, il suffisait d'avoir entre 16 et 30 ans et de résider sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)

Les jeunes MR sont plus largement représentés, devant ceux du CDH, des mouvements socialistes et de Défi. Il n'y a pas de représentant d'Ecolo cette année. Il y a par contre des élus issus des organisations de jeunesse en médecine. Le nombre de voix obtenu par chacun des candidats n'a pas été précisé. Il y a une parité totale des élus, ce qui n'était pas le cas des élections précédentes où il manquait de candidates féminines. La diversité des élus est extrêmement marquée, selon Michaux Alexandra, porte-parole du Conseil de la jeunesse : "Nous voulons représenter la jeunesse, la jeunesse qui vient de tous les horizons, de tous les milieux culturels. On a énormément de jeunes de religions différentes, de cultures différentes et je pense que ce sera la très grande force de ce Conseil de la jeunesse. Avec tout ce qui se passe, notamment les émeutes, notre but est de faire en sorte que la jeunesse soit davantage entendue, d'éviter les stigmatisations et les discriminations, mais aussi de faire en sorte que les jeunes préfèrent s'exprimer plutôt que d'en venir à des actes comme les émeutes". Au total, 1.943 votants et 5.067 votes ont été exprimés entre le 6 et le 27 novembre. Les électeurs avaient la possibilité de voter pour une à 4 personnes. Les élections se sont principalement déroulées en ligne, mais 30 bureaux de votes avaient été déployés sur tout le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, principalement dans des lieux centraux des grandes villes comme Mons, Charleroi, Liège et Namur. Pour voter, il suffisait d'avoir entre 16 et 30 ans et de résider sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)