Lors des dernières élections européennes, fédérales et régionales, en 2014, le logo des partis se trouvait sur tous les bulletins de vote, en tête de liste. Mais cette fois, le Service public fédéral (SPF) Intérieur a prévu un module audio sur les bulletins électroniques, à destination des aveugles et des mal-voyants. Ce qui a pour conséquence de consommer une partie de la mémoire dans l'espace de stokage interne dont sont dotées les clés USB utilisées pour les opérations électorales.

Le SPF Intérieur a dès lors décidé de supprimer les logos des partis pour éviter tout problème, a expliqué un porte-parole. Et pour garantir l'égalité de traitement, aucun logo ne sera imprimé sur les bulletins papier, a-t-il précisé à l'agence Belga. Le module audio ne sera utilisé à titre expérimental que dans deux villes de Flandre (Alost et Malines). Mais là aussi, pour des raisons d'égalité de traitement, la suppression des logos a été étendue à tous les bulletins, dans l'ensemble du pays - comme c'était déjà le cas lors des élections communales du 14 octobre dernier.

Selon le SPF Intérieur, les partis politiques ont été informés de cette décision et "aucun (d'entre eux) n'a protesté".

Lors des dernières élections européennes, fédérales et régionales, en 2014, le logo des partis se trouvait sur tous les bulletins de vote, en tête de liste. Mais cette fois, le Service public fédéral (SPF) Intérieur a prévu un module audio sur les bulletins électroniques, à destination des aveugles et des mal-voyants. Ce qui a pour conséquence de consommer une partie de la mémoire dans l'espace de stokage interne dont sont dotées les clés USB utilisées pour les opérations électorales. Le SPF Intérieur a dès lors décidé de supprimer les logos des partis pour éviter tout problème, a expliqué un porte-parole. Et pour garantir l'égalité de traitement, aucun logo ne sera imprimé sur les bulletins papier, a-t-il précisé à l'agence Belga. Le module audio ne sera utilisé à titre expérimental que dans deux villes de Flandre (Alost et Malines). Mais là aussi, pour des raisons d'égalité de traitement, la suppression des logos a été étendue à tous les bulletins, dans l'ensemble du pays - comme c'était déjà le cas lors des élections communales du 14 octobre dernier. Selon le SPF Intérieur, les partis politiques ont été informés de cette décision et "aucun (d'entre eux) n'a protesté".