"Afin de limiter l'utilisation de la voiture et son impact sur le climat et notre santé, il faut un Pacte national de mobilité qui donnera le feu vert à un transport public basse émission. Ce pacte se base sur trois priorités: des alternatives (à la voiture) attrayantes et présentes sur l'ensemble du territoire; les chemins de fer comme colonne vertébrale; et plus d'investissements dans les transports en commun, surtout à travers des services plus fréquents et de meilleures correspondances", expliquent les initiateurs d'un projet qui a déjà reçu le soutien de Test-Achats, Navetteurs.be, l'UMons, La Ligue des familles, Unizo... Ce Pacte passe notamment par "la réorganisation du transport ferroviaire et des transports urbains et régionaux à partir d'une vision intégrée". Ses auteurs plaident ainsi pour l'adoption d'un "horaire cadencé intégré" avec des temps de correspondance moins longs. Ce système est en vigueur en Suisse et en Autriche, où il rencontre un certain succès. (Belga)