L'ancien polémiste et éditorialiste télévisuel de 63 ans a réuni dans l'après-midi ses troupes à Villepinte, au nord de Paris, derrière son nouveau slogan "Impossible n'est pas français", expression attribuée à Napoléon, assortie d'un rameau d'olivier. Eric Zemmour s'est jeté dans la course à la présidentielle après des mois de faux suspense, affirmant vouloir "sauver la France" et ses valeurs menacées, selon lui, par l'immigration et l'islam. Agitant des drapeaux français, criant "Zemmour président!", des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche en région parisienne pour le premier meeting du candidat. L'ambiance s'électrisait au fur et à mesure de l'attente de son arrivée, devant 13.000 personnes réunies, selon les organisateurs, dans l'immense hall du Parc des expositions de Villepinte, où 15.000 partisans étaient espérés. Initialement prévu dans une salle parisienne, le rassemblement a été déplacé à Villepinte en raison de "l'engouement" mais aussi pour des raisons de sécurité, une manifestation d'antifascistes ayant été prévue dans Paris. Quelques centaines de personnes ont manifesté dans la capitale pour dénoncer le discours à leurs yeux "raciste" du candidat, aux cris de "Zemmour casse toi, Paris n'est pas à toi". (Belga)

L'ancien polémiste et éditorialiste télévisuel de 63 ans a réuni dans l'après-midi ses troupes à Villepinte, au nord de Paris, derrière son nouveau slogan "Impossible n'est pas français", expression attribuée à Napoléon, assortie d'un rameau d'olivier. Eric Zemmour s'est jeté dans la course à la présidentielle après des mois de faux suspense, affirmant vouloir "sauver la France" et ses valeurs menacées, selon lui, par l'immigration et l'islam. Agitant des drapeaux français, criant "Zemmour président!", des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche en région parisienne pour le premier meeting du candidat. L'ambiance s'électrisait au fur et à mesure de l'attente de son arrivée, devant 13.000 personnes réunies, selon les organisateurs, dans l'immense hall du Parc des expositions de Villepinte, où 15.000 partisans étaient espérés. Initialement prévu dans une salle parisienne, le rassemblement a été déplacé à Villepinte en raison de "l'engouement" mais aussi pour des raisons de sécurité, une manifestation d'antifascistes ayant été prévue dans Paris. Quelques centaines de personnes ont manifesté dans la capitale pour dénoncer le discours à leurs yeux "raciste" du candidat, aux cris de "Zemmour casse toi, Paris n'est pas à toi". (Belga)