"Je crois ce que voient mes yeux et je vois que la majorité est avec nous", a dit Svetlana Tikhanovskaïa, réagissant devant la presse à la diffusion d'un sondage officiel réalisé à la sortie des bureaux de vote qui accorde quelque 79,7% des suffrages au chef de l'Etat sortant et à elle 6,8%. "Je considère que nous avons déjà gagné car nous avons vaincu notre peur, notre apathie, notre indifférence", a-t-elle déclaré après une campagne marquée par une mobilisation jamais vue pour une candidate de l'opposition dans l'histoire récente de cette ex-république soviétique dirigée depuis 26 ans par Alexandre Loukachenko. Les agences de presse russes et des médias bélarusses hostiles à M. Loukachenko faisaient par ailleurs état de rassemblements dans différentes villes bélarusses, en particulier dans la capitale Minsk où des heurts et des interpellations ont eu lieu. La police a été déployée en nombre avec des moyens antiémeutes, notamment à Minsk, le pouvoir ayant mis en garde contre tout rassemblement. (Belga)

"Je crois ce que voient mes yeux et je vois que la majorité est avec nous", a dit Svetlana Tikhanovskaïa, réagissant devant la presse à la diffusion d'un sondage officiel réalisé à la sortie des bureaux de vote qui accorde quelque 79,7% des suffrages au chef de l'Etat sortant et à elle 6,8%. "Je considère que nous avons déjà gagné car nous avons vaincu notre peur, notre apathie, notre indifférence", a-t-elle déclaré après une campagne marquée par une mobilisation jamais vue pour une candidate de l'opposition dans l'histoire récente de cette ex-république soviétique dirigée depuis 26 ans par Alexandre Loukachenko. Les agences de presse russes et des médias bélarusses hostiles à M. Loukachenko faisaient par ailleurs état de rassemblements dans différentes villes bélarusses, en particulier dans la capitale Minsk où des heurts et des interpellations ont eu lieu. La police a été déployée en nombre avec des moyens antiémeutes, notamment à Minsk, le pouvoir ayant mis en garde contre tout rassemblement. (Belga)