Lorin Parys espère d'ailleurs que l'Anversois reste encore président, et ne passe pas le flambeau à un successeur en 2023, "à un an des élections". Le fait que le député Theo Francken, ex-secrétaire d'État, n'ait pas été choisi pour la vice-présidence ce week-end a étonné. Peut-on interpréter cela comme une défaite de l'aile droite du parti? Selon Lorin Parys, il ne faut pas tirer de grandes conclusions des résultats, en termes de direction du parti ou de position de Francken en son sein. "Nous sommes un parti populaire de centre-droit et nous le restons. Theo est un attaquant qui marque, pour notre parti, et il le restera", commente Lorin Parys lundi. Selon lui, l'attention portée à cette élection des vice-présidents est "un peu disproportionnée". (Belga)

Lorin Parys espère d'ailleurs que l'Anversois reste encore président, et ne passe pas le flambeau à un successeur en 2023, "à un an des élections". Le fait que le député Theo Francken, ex-secrétaire d'État, n'ait pas été choisi pour la vice-présidence ce week-end a étonné. Peut-on interpréter cela comme une défaite de l'aile droite du parti? Selon Lorin Parys, il ne faut pas tirer de grandes conclusions des résultats, en termes de direction du parti ou de position de Francken en son sein. "Nous sommes un parti populaire de centre-droit et nous le restons. Theo est un attaquant qui marque, pour notre parti, et il le restera", commente Lorin Parys lundi. Selon lui, l'attention portée à cette élection des vice-présidents est "un peu disproportionnée". (Belga)