"Je reçois bien occasionnellement des menaces, et j'ai donc prévenu la police", qui a contacté les responsables, a expliqué Marc Van Ranst. "Cela s'avère assez intrusif que pour devoir agir", a ajouté le virologue. Marc Van Ranst se cache avec sa famille depuis plusieurs semaines maintenant à cause du militaire en fuite Jürgen Conings, qui l'avait menacé de mort. "Ce n'est pas la fin du monde. Les personnes qui se trouvent sur une plate-forme pétrolière, dans un monastère ou en prison doivent également rester à l'intérieur pendant une longue période", a relativisé le virologue. Il trouve surtout la situation particulièrement désagréable pour son fils de 12 ans. "C'est un petit gars courageux. Et cela nous donne l'occasion de faire des jeux ensemble", a-t-il expliqué, en soulignant toutefois que "le plaisir est différent". Pour le reste, le virologue belge continue de travailler et de s'impliquer dans le débat public autour du coronavirus : "tant que je trouve cela intéressant, je continuerai à le faire. Il ne faut pas laisser une marge de manoeuvre trop importante aux personnes qui disent des bêtises". (Belga)

"Je reçois bien occasionnellement des menaces, et j'ai donc prévenu la police", qui a contacté les responsables, a expliqué Marc Van Ranst. "Cela s'avère assez intrusif que pour devoir agir", a ajouté le virologue. Marc Van Ranst se cache avec sa famille depuis plusieurs semaines maintenant à cause du militaire en fuite Jürgen Conings, qui l'avait menacé de mort. "Ce n'est pas la fin du monde. Les personnes qui se trouvent sur une plate-forme pétrolière, dans un monastère ou en prison doivent également rester à l'intérieur pendant une longue période", a relativisé le virologue. Il trouve surtout la situation particulièrement désagréable pour son fils de 12 ans. "C'est un petit gars courageux. Et cela nous donne l'occasion de faire des jeux ensemble", a-t-il expliqué, en soulignant toutefois que "le plaisir est différent". Pour le reste, le virologue belge continue de travailler et de s'impliquer dans le débat public autour du coronavirus : "tant que je trouve cela intéressant, je continuerai à le faire. Il ne faut pas laisser une marge de manoeuvre trop importante aux personnes qui disent des bêtises". (Belga)