Quarante-trois personnes sont décédées lorsqu'une portion du pont Morandi s'est effondrée le 14 août 2018 au cours d'une tempête. L'enquête avance péniblement, selon les autorités. "C'est un travail de titan", explique le procureur de Gênes, Francesco Cozzi. Lors d'une rencontre avec des journalistes étrangers, M. Cozzi était interrogé sur le délai d'un premier verdict en justice autour d'une telle catastrophe. "En 2022, si nous allons au tribunal", a-t-il dit. Septante-trois personnes sont suspectées dans le cadre de l'enquête, dont deux sociétés: le gestionnaire autoroutier Autostrade et sa filiale Spea. Les chefs d'inculpation sont négligence grave et homicides avec circonstance aggravante d'infraction à la sécurité routière, a ajouté le procureur. Les peines pour ce type de poursuites peuvent aller jusqu'à 18 ans de prison. Le pont Morandi a été complètement détruit fin juin et des opérations sont en cours afin de construire une nouvelle infrastructure conçue par Renzo Piano. Son inauguration est attendue pour fin avril 2020. (Belga)