Les écologistes réclament ni plus ni moins, au travers de ce vote nominatif, la démission de Mme Targnion comme présidente d'Enodia afin qu'elle se consacre à son mandat de bourgmestre, dans une ville où les enjeux de relance ne manquent pas, ont-ils indiqué jeudi.

S'ils n'obtiennent pas gain de cause, ils solliciteront par le même biais le conseil communal à se positionner sur l'attribution du mandat d'administrateur, afin de retirer celui d'Enodia à Mme Targnion.

Le conseil communal verviétois risque dès lors comme tendu lundi en raison de la pression de plus en plus intense mise par les élus écologistes sur la bourgmestre et plus précisément son intérêt pour l'intercommunale, dont la gestion agite depuis bientôt deux ans le monde politique en province de Liège.

Ce combat pour l'intérêt de Verviers au détriment des mandats dérivés n'est pas neuf dans le chef des Verts qui réclament ce recentrage sur la seule ville de Verviers depuis plusieurs mois. Mais cette pression sur la bourgmestre de Verviers s'intensifie au fil des jours et des révélations sur la future revente des actifs de Nethys (Voo, Win, Elicio) dans un contexte des plus opaques.